Show simple document record

dc.contributor.authorRousseau, Guillaumefr
dc.contributor.otherDanylo, Rémifr
dc.date.accessioned2017-02-03T21:39:08Z
dc.date.available2017-02-03T21:39:08Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2017-02-03
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/9928fr
dc.identifier.urihttps://doi.org/10.17118/11143/9928fr
dc.description.abstractEn 2012, et dans une moindre mesure en 2015, suite à des décisions gouvernementales prises sans l’accord du mouvement étudiant, des grèves étudiantes ont fait l’objet d’injonctions interlocutoires provisoires, ce qui a engendré des tensions et de la violence. Dans ce contexte, nous proposons d’étudier la possibilité que soit reconnu un droit de négociation et de grève étudiant, de manière à éviter que de telles injonctions puissent être ordonnées. Une première partie vise à démontrer qu’une telle reconnaissance pourrait trouver un fondement théorique dans la tradition du républicanisme. Une deuxième partie vise à explorer comment cette reconnaissance pourrait se traduire sur le plan juridique en s’inspirant du droit du travail, plus précisément du droit régissant les relations entre le gouvernement et les employés du secteur public.fr
dc.description.abstractAbstract : In 2012 and to a lesser extent in 2015, following decisions taken by the provincial government without consulting the student movement, the resulting student strikes have been the object of interlocutory injunctions, the effects of which were to provoke tensions and acts of violence. In this context, the writers propose recognizing bargaining powers and the right to strike for students as a means of avoiding the issuance of injunctions of this type. The purpose of the first part of the article is to demonstrate that such recognition could theoretically be founded on the tradition of republicanism. In the second part, the writers explore how that recognition could be inspired by a labour law model, more specifically the law governing relations between the government and its public sector employees.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrooke. Faculté de droitfr
dc.relation.ispartofISSN:0317-9656fr
dc.relation.ispartofRevue de droit. Université de Sherbrookefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectFondement « républicain »fr
dc.subjectTraduction juridiquefr
dc.subjectDroit du travailfr
dc.subjectDroit de négociationfr
dc.subjectDroit de grève étudiantfr
dc.titleLa reconnaissance du droit de négociation et de grève étudiant : fondement « républicain » et traduction juridique inspirée du droit du travailfr
dc.typeArticlefr
udes.description.typepubScientifiquefr
udes.description.pages297-354fr
udes.description.datavol45fr
udes.description.dataissue1-2fr
dc.identifier.bibliographicCitationROUSSEAU, G. et R. DANYLO, « La reconnaissance du droit de négociation et de grève étudiant : fondement « républicain » et traduction juridique inspirée du droit du travail », (2015) 45 R.D.U.S. 297. https://doi.org/10.17118/11143/9928fr
udes.description.sourceRevue de droit. Université de Sherbrookefr
udes.description.ordreauteursRousseau, Guillaume; Danylo, Rémifr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada
Except where otherwise noted, this document's license is described as Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada