Show simple document record

dc.contributor.advisorTrudel, Marcelfr
dc.contributor.advisorBoutinet, J.-P.fr
dc.contributor.authorDuboc, Anniefr
dc.date.accessioned2014-05-14T15:58:06Z
dc.date.available2014-05-14T15:58:06Z
dc.date.created2009fr
dc.date.issued2009fr
dc.identifier.isbn9780494706084fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/953
dc.description.abstractObjectif : Le but de l'étude est de développer une typologie de la protection féminine afin de poser un diagnostic de protection, diagnostic aujourd'hui absent du système de santé. Conception : Le concept de la protection se réfère au cadre théorique plus général du paradigme de la salutogenèse. Il rassemble un ensemble de facteurs salutogènes et existentiels qui concourent, dans la phase critique du cancer du sein, à expliciter la façon de penser des femmes et le maintien de la santé en situation extrême. Méthodologie : La recherche est basée sur une approche exploratoire intensive avec mesures répétées, une méthode mixte de recherche (Creswell, 2008), le recours à la triangulation lors du recueil de données (enquête - questionnaire - entretiens) et une approche analytique et systémique pour saisir la structure et la dynamique interne des différents types de femmes. Résultats principaux : La série d'analyse réalisée a mis en évidence trois types de protection. : (1) une protection dite opérante, c'est-à-dire propre à être faiblement stressée, à faire preuve de discernement, à s'engager résolument, à croire en elle et en un contrôle de l'évolution du cancer. Une protection qui agit face aux événements, a une perspective de santé positive et devient plus philanthrope; (2) une protection dite mixte (qui produit deux effets différents) qui a comme propriétés essentielle d'être impressionnée, dans la vie quotidienne, face aux figures d'autorité, et de ce fait, est confuse et se désengage. Une protection qui a comme attributs de nier le diagnostic de cancer, de s'attribuer une part de responsabilité dans la survenue de la maladie, de s'affirmer progressivement et de se réaliser face à l'autorité morale du cancer et, de ce fait, a une perspective de santé plus positive ; et (3) une protection dite inopérante (G1), c'est-à-dire qui a comme particularités d'être faiblement stressée, confuse et désengagée face à l'autorité. Une protection qui a comme propriétés essentielles une attribution causale interne, une croyance moyenne en elle et une dénégation de l'état de malade. Une protection qui cesse de se battre, a une perspective de santé négative, recherche une tranquillité d'esprit après avoir perçu la gravité de la maladie et s'être souvenue qu'il vaut mieux, face à toute autorité morale et à celle du cancer en particulier, faire preuve de prudence et se soumettre. En somme, dans la population à l'étude une femme sur deux atteinte d'un cancer du sein rencontre des difficultés pour s'en protéger et une sur quatre n'y parvient pas. Conclusion: Une approche salutogène intégrée et systémique peut permettre aux professionnels de santé de repérer, d'une manière systématique et standardisée, les femmes qui se protègent et ainsi être apte à bien répondre à leurs attentes et à leurs difficultés. Une telle approche promeut la santé en situation de cancer du sein.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Annie Dubocfr
dc.subjectMéthode mixte de recherchefr
dc.subjectApproche holistique et systémiquefr
dc.subjectProtection fémininefr
dc.subjectRaisonnement salutogènefr
dc.subjectTypologiefr
dc.subjectCancer du seinfr
dc.titleApproche holistique de la protection et rôle de la pensée dans une situation de cancer du seinfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePsychologiefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record