Show simple document record

dc.contributor.advisorVenet, Michèlefr
dc.contributor.advisorVatz Laaroussi, Michèlefr
dc.contributor.authorLiboy, Malanga-Georgesfr
dc.date.accessioned2014-05-14T15:58:01Z
dc.date.available2014-05-14T15:58:01Z
dc.date.created2009fr
dc.date.issued2009fr
dc.identifier.isbn9780494628096fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/946
dc.description.abstractCette étude porte sur la communication entre le personnel enseignant et les familles immigrantes albertaines. De nombreux auteurs ayant souligné les difficultés de communication école-familles, nous nous sommes intéressé aux solutions susceptibles de favoriser cette dernière. Ce faisant, nous avons adopté une approche innovatrice tant au niveau du contenu que des participants concernés. L'approche bioécosystémique (Bronfenbrenner et Morris, 1998) de plus en plus utilisée dans les études traitant des questions relatives à la famille et à l'école (Beckman, 2003) nous est apparue comme un cadre théorique approprié, puisque les différences d'origine entraînent nécessairement des différences d'ordre macrosystémique et que la communication école-familles constitue un mésosystème de première importance pour la réussite scolaire des enfants (Bhattacharya, 2000). Adoptant une approche socioconstructiviste, nous avons donné la parole aux principaux intéressés, soit des membres du personnel d'écoles albertaines et des parents dont les enfants fréquentent ces écoles, en recueillant nos données dans le cadre de trois groupes de discussion, composés l'un d'enseignants et d'enseignantes, l'autre de parents et le troisième regroupant les deux catégories de participants. Nos résultats indiquent que tous souhaitent un rapprochement : le groupe du personnel enseignant a proposé des solutions pratiques, immédiates, axées sur l'école et la communauté, celui des parents a surtout envisagé des solutions politiques et le groupe mixte s'est davantage penché sur la qualité de la communication comme telle. Tous et toutes ont vivement souhaité l'implication des organismes communautaires et des associations ethniques ainsi que la formation du personnel enseignant à l'interculturalité. Bien que le discours des participants ait été assez consensuel, nous avons noté quelques divergences d'opinion liées à leurs valeurs culturelles : qu'ils soient enseignants ou parents, les immigrants ont davantage supporté le recours à la communication orale, au réseautage et aux messages en langues étrangères que les enseignants natifs du Canada.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Malanga-Georges Liboyfr
dc.subjectApproche bioécosystémiquefr
dc.subjectRéussite scolairefr
dc.subjectFamilles immigrantesfr
dc.subjectDiversité culturellefr
dc.subjectCommunication école-famillesfr
dc.titleÉtude des facteurs susceptibles de faciliter la communication entre l'école et les familles immigrantes en Alberta point de vue des parents immigrants et du personnel enseignantfr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineAdaptation scolaire et socialefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record