Show simple document record

dc.contributor.advisorGaron, Suzanne
dc.contributor.authorLaforge, Émilienne
dc.date.accessioned2016-08-04T15:25:23Z
dc.date.available2016-08-04T15:25:23Z
dc.date.created1994
dc.date.issued1994
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/9378
dc.description.abstractLe décrochage scolaire prend des proportions alarmantes au Québec depuis 1986. Comment l'État et les Commissions scolaires peuvent-ils, tout en favorisant l'autonomie de l'école, mettre en branle un plan d'intervention global et efficace? Une évaluation qualitative de onze projets et ayant comme cadre l'approche écologique nous a permis de constater jusqu'à quel point l'école est devenue dépersonnalisée. Les jeunes en difficulté d'apprentissage ou d'intégration s'y sentent marginalisés et une majorité des autres se trouvent dévalorisés, infantilisés, laissés pour compte. Les décisions concernant le fonctionnement, les programmes et l'encadrement sont prises selon une approche verticale n'impliquant pas les principaux acteurs: les élèves. Une intervention ciblant un seul système (élèves ou parents) ne peut réussir à contrer ce phénomène multicausal; elle risque d'être un cataplasme inefficace. Une action décentralisée s'impose; elle nécessite la concertation de toutes les composantes des systèmes impliqués et les jeunes doivent y être partie prenante, le tout supporté par la communauté, la commission scolaire, le gouvernement.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Émilienne Laforge
dc.titlePour une approche écologique afin d’étudier le décrochage scolaire : une recherche évaluative qualitative de certains projets à la Commission scolaire catholique de Sherbrooke
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineTravail social
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humaines
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Serv. soc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record