Show simple document record

dc.contributor.advisorTrudel, Marcelfr
dc.contributor.advisorLarose, Françoisfr
dc.contributor.authorChaussegros de Léry, Élisabethfr
dc.date.accessioned2014-05-14T15:57:55Z
dc.date.available2014-05-14T15:57:55Z
dc.date.created2009fr
dc.date.issued2009fr
dc.identifier.isbn9780494485378fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/936
dc.description.abstractLe coping se définit en termes de réactions comportementales face à une situation stressante. La majeure partie des études scientifiques auprès des enfants, se sont particulièrement intéressées aux différences individuelles dans l'utilisation du coping pouvant expliquer les problèmes physiques et psychologiques liés au stress. Cependant, peu de recherches ont étudié le coping de tout-petits âgés de trois ans. Le cadre conceptuel soutenant notre étude s'inscrit dans la théorie de révolution qui propose que les individus possèdent un répertoire de base transmis de génération en génération permettant l'adaptation aux situations stressantes. Dans ce sens, le coping a été opérationnalisé sous forme de grandes catégories comportementales examinées en termes de stratégies et sous l'angle du processus d'ajustement suivant le déroulement de la situation. L'objectif général visait à établir les composantes stables de l'utilisation du répertoire de stratégies de coping des enfants en situation de nouveauté sociale en absence de la mère. Pour ce faire, nous avons observé des enfants (n =76) âgés de trois ans, répartis en sous-ensembles de trois garçons et trois filles. L'observation s'est faite par l'entremise de vidéoscopies d'une durée de trente minutes chacune se subdivisant en deux contextes, l'un avec soutien actif d'adultes et l'autre avec présence passive d'un adulte. Les résultats des analyses démontrent que certains comportements tels que se distraire à l'aide d'un jouet et réguler son stress par des comportements répétitifs présentent une grande stabilité entre les différents contextes étudiés, et ce, par la quasi-totalité des enfants observés. Parallèlement, des comportements démontrant la recherche de sécurité présentent peu de fréquence mais sont observés chez 60 % des sujets. On note aussi, d'une part, que la plupart des enfants ont démontré une capacité à interagir entre eux et d'autre part, s'adapter suppose un processus d'ajustement n'impliquant pas tous les comportements également et au même moment.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Élisabeth Chaussegros de Léryfr
dc.subjectCopingfr
dc.subjectÉthologiefr
dc.subjectPréscolairefr
dc.subjectJeunes enfantsfr
dc.subjectStratégiesfr
dc.subjectProcessus adaptatiffr
dc.subjectNouveauté socialefr
dc.subjectGarderiefr
dc.titleÉtude éthologique des comportements adaptatifs de jeunes enfants en situation de nouveauté socialefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplineAdaptation scolaire et socialefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record