Show simple document record

dc.contributor.advisorTardif, Jacquesfr
dc.contributor.advisorCharlier, Evelynefr
dc.contributor.authorRoussel, Jean-Françoisfr
dc.date.accessioned2014-05-14T15:57:53Z
dc.date.available2014-05-14T15:57:53Z
dc.date.created2007fr
dc.date.issued2007fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/930
dc.description.abstractÀ l'heure actuelle, les entreprises investissent de façon importante en formation. Au cours des dix dernières années, cet investissement a crû de façon significative, mais il semble qu'investir ne suffise plus. En effet, pour que la formation soit en mesure de jouer un véritable rôle de levier par rapport au développement de la performance des apprenants et des entreprises, il importe que les apprentissages qu'elle permet de développer puissent être transférés en milieu de travail. Pourtant, que ce soit au sein des secteurs privé ou public, dans la grande majorité des cas, la formation n'arrive pas à générer un impact significatif sur le plan de l'amélioration recherchée de la performance. Ainsi, il existe un sentiment d'urgence grandissant en ce qui concerne l'amélioration du transfert des apprentissages dans un contexte d'entreprise. Dans cette perspective, différentes recherches réalisées au cours des vingt dernières années ont permis d'identifier trois groupes de variables favorisant le transfert des apprentissages qui sont respectivement liées aux caractéristiques individuelles des apprenants, à l'approche pédagogique et à l'environnement de travail. De plus, ces recherches soulignent l'importance de développer une vision systémique ainsi qu'une conception différenciée du transfert des apprentissages. Dans un contexte d'entreprise, le transfert des apprentissages fait partie intégrante de la formation. Il est considéré comme un résultat nécessaire permettant le développement de sa compétitivité. C'est donc la perspective du schème fonctionnel du transfert des apprentissages qui est retenue dans le cadre de la présente recherche. De plus, afin de définir le transfert des apprentissages de façon différenciée, une taxonomie adaptée au contexte de l'entreprise est présentée. En lien avec les groupes de variables favorisant le transfert des apprentissages, la question spécifique de recherche vise à évaluer les liens existant entre des pratiques pédagogiques mises en place par un formateur afin de développer chez l'apprenant la métacognition et des facteurs relatifs à l'environnement de travail et le transfert éloigné des apprentissages en lien avec la performance de l'apprenant de retour en poste. Pour ce faire, une recherche appliquée de type évaluatif est menée au sein d'une importante entreprise oeuvrant dans le domaine de l'imprimerie et des médias dans le cadre d'un programme de formation visant à développer le leadership des gestionnaires de premier niveau de l'entreprise. D'une durée de seize mois, la collecte de données porte sur trois activités de formation spécifiques et utilise, afin d'évaluer le transfert éloigné des apprentissages, un profil du gestionnaire développé au sein de l'entreprise. La recherche utilise une méthodologie de type mixte, à l'aide de méthodes de type quantitatif et qualitatif. Son échantillon comporte 41 sujets, tous des gestionnaires de premier niveau ayant suivi les trois activités de formation du programme Mission leadership . Les résultats obtenus sur le plan quantitatif indiquent une augmentation de la performance de l'apprenant de retour en poste en lien avec le transfert éloigné des apprentissages, à la suite des trois activités de formation. De plus, les pratiques pédagogiques mises en place dans le cadre de la formation se révèlent en mesure d'expliquer une partie de cette augmentation de la performance liée au transfert. En ce qui concerne les facteurs environnementaux, bien qu'ils aient des liens positifs avec le transfert des apprentissages, ils ne s'avèrent pas en mesure de contribuer à l'explication de cette augmentation de la performance. Sur le plan des données de type qualitatif cette fois, les résultats obtenus illustrent les spécificités relatives au transfert éloigné des apprentissages, soutenant ainsi les fondements de la taxonomie développée dans le cadre de la présente recherche et la pertinence de le définir de façon différenciée. De plus, deux nouvelles pratiques pédagogiques favorisant chez l'apprenant le développement de la métacognition sont proposées. Elles mettent l'accent sur l'importance à accorder au soutien des pairs au regard du transfert éloigné des apprentissages. La recherche contribue également à illustrer le caractère systémique du transfert des apprentissages, puisque, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, les résultats obtenus permettent non seulement d'établir des liens entre le transfert des apprentissages et les trois groupes de variables qui le favorisent, mais des interrelations entre ces trois groupes sont également illustrées. Finalement, la recherche précise des recommandations à mettre en place dans des contextes de formation en entreprise qui répondraient aux mêmes critères que ceux de la présente recherche"--Résumé abrégé par UMIfr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jean-François Rousselfr
dc.titleÉtude de l'impact de pratiques pédagogiques et de facteurs environnementaux sur le transfert éloigné des apprentissages dans un contexte de formation en entreprisefr
dc.typeThèsefr
tme.degree.disciplinePédagogiefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelDoctoratfr
tme.degree.namePh.D.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record