Show simple document record

dc.contributor.advisor[non identifié]
dc.contributor.authorStringer, Guy
dc.date.accessioned2016-08-03T20:18:19Z
dc.date.available2016-08-03T20:18:19Z
dc.date.created1969
dc.date.issued1969
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/9289
dc.description.abstractIl est assez difficile d’évaluer en termes d’autonomie, du moins jusqu’en 1961, l’évolution de la loi concernant les dépenses des commissions scolaires : elles dépendent en partie de leurs sources de revenus, mais il nous semble clair que leur autonomie, du moins théoriquement, a diminué de beaucoup à partir de 1961, à cause de la nécessité de faire approuver leur budget annuel. Si de façon générale on peut dire que les commissaires d’écoles ont moins d’autonomie aujourd’hui qu’en 1846, l’évolution de la législation n’a cependant pas, durant toute cette période, suivi une courbe générale unique pour les six secteurs analysés. Nous avons remarqué deux tendances opposées jusqu’en 1961 : d’une part le législateur a graduellement diminué l’autonomie des commissaires dans leurs relations avec les instituteurs et le domaine pédagogique, et d’autre part il a augmenté leurs pouvoirs dans le domaine financier. Mais à partir de 1961, il a beaucoup diminué leur autonomie financière. En résumé, les commissaires d’écoles sont moins libres aujourd’hui qu’en 1846, mais leurs responsabilités générales sont cependant plus considérables.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Guy Stringer
dc.titleÉvolution de l'autonomie des commissaires d'écoles de la province de Québec de 1846 à 1967
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineSciences de l'éducation
tme.degree.grantorFaculté d'éducation
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.namePh.D.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record