Show simple document record

dc.contributor.advisorBoissy, Patrickfr
dc.contributor.authorChoquette, Stéphanefr
dc.date.accessioned2014-05-14T15:39:08Z
dc.date.available2014-05-14T15:39:08Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.urihttp://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/864
dc.description.abstractDans le domaine de la réadaptation, la littérature suggère l'existence d'une relation dose-réponse entre la quantité de traitements reçus et les gains fonctionnels des patients. À ce jour, seul le temps total de thérapie a été investigué en tant que déterminant potentiel de cette relation dose-réponse. Le temps actif, pendant lequel le patient est mobilisé physiquement, semble constituer une piste intéressante, mais qui n'a encore jamais été investiguée dû à des limitations méthodologiques. Objectifs. L'objectif principal de cette étude était de comparer, au cours de séances de physiothérapie, des estimations de temps actif obtenues à partir de réseaux de capteurs sans fil composés d'accéléromètres triaxiaux disposés à la hanche, au poignet et à la cheville, à des mesures obtenues par observation grâce à la technique de temps et mouvements. L'objectif secondaire était de vérifier la différence de précision entre un système utilisant un (M1) ou trois modules d'accéléromètres (M3). M1 comprenait un module d'accéléromètre au niveau de la hanche et M3, un module à la hanche, au poignet et à la cheville. Méthodologie. Cinq patients (77,4 « 5,2 ans) avec quatre diagnostics d'admission différents (AVC, orthopédique, amputation et syndrome de déconditionnement) ont été recrutés dans une unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI) et observés durant l'ensemble de leurs séances de physiothérapie, tout au long de leur séjour. Le temps actif était mesuré par observation avec une technique de temps et mouvements supportée par un Tablette-PC. Les signaux d'accélération issus des capteurs sans fil étaient synchronisés à ces observations. Les estimations de temps actif étaient obtenues à partir de l'extraction de la densité temporelle du signal. Résultats. Au total, 62 séances de physiothérapie ont été observées. Une forte corrélation intraclasse a été observée entre le temps actif estimé et mesuré pour M3 (ICC=0.93, p?0.001) et Ml (ICC=0.79, p?0.001). Sur l'ensemble du séjour, la différence moyenne, exprimée en pourcentage, entre la mesure et l'estimation était de -8,7% « 2,0% lorsque trois modules étaient utilisés et de -16,4% « 10,4% lorsqu'un seul module était utilisé. Conclusion. L'utilisation d'un réseau de capteurs sans fil composé d'accéléromètres pour estimer le temps actif de séances de physiothérapie en contexte de réadaptation se compare favorablement aux résultats obtenus par les observations de temps et mouvements. Bien que les estimations provenant d'un seul capteur soient moins précises qu'avec trois capteurs, la différence de mesure avec le temps et mouvements demeure intéressante lorsqu'on la compare à d'autres approches, comme l'observation par échantillonnage. L'utilisation d'accéléromètres pour mesurer le temps actif devra être validée lors d'une étude à plus grande échelle avant d'être appliquée à une étude longitudinale visant à vérifier l'association entre le temps actif et les gains fonctionnels réalisés par les patients.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Stéphane Choquettefr
dc.subjectRéadaptation gériatrique
dc.titleCaractérisation du temps actif en réadaptation gériatrique preuve de concept d'une approche de mesure basée sur des capteurs sans filfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineKinanthropologiefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducation physique et sportivefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record