Show simple document record

dc.contributor.advisorMeadowcroft, James
dc.contributor.authorRabouin, Benoîtfr
dc.date.accessioned2016-02-08T21:29:42Z
dc.date.available2016-02-08T21:29:42Z
dc.date.created2016fr
dc.date.issued2016-02-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8361
dc.description.abstractLa question du présent essai est de savoir si le découplage entre croissance économique et production de gaz à effet de serre est possible et ceci, dans l’optique de circonscrire le réchauffement climatique en deçà de 2 degrés Celsius. Afin de répondre à cette question multiforme et multidisciplinaire, nous avons étudié le concept même du découplage, soit le découplage relatif et le découplage absolu. Dans le premier cas, il s’agit de faire plus avec moins, c’est-à-dire produire plus au niveau économique tout en polluant moins au plan environnemental. Dans cette perspective, la tendance globale dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique laisse croire que le découplage relatif est bel et bien une réalité. Pourtant, ce type de découplage n’offre pas une solution à la problématique du réchauffement climatique; tout au plus, il permet une meilleure efficacité dans l’utilisation des ressources. Dans le second cas, il y a découplage absolu lorsque la pression sur l’environnement, tel que le volume des émissions de CO2 demeure stable ou décroît tandis que la variable qui mesure la force motrice augmente, par exemple, le Produit Intérieur Brut réel en volume. Le découplage absolu est donc plus important que le découplage relatif puisque c’est grâce à lui que le réchauffement climatique pourrait être circonscrit tout en maintenant le statut économique actuel. Suite à notre analyse, nous concluons que le découplage absolu entre croissance économique et production de gaz à effet de serre dans une perspective de contenir le réchauffement climatique en deçà de 2 degrés est une utopie. Cependant, cette prise de position s’accompagne d’une certaine nuance, car s’il est vrai que le découplage absolu est un mythe en ce qui concerne la circonscription du réchauffement climatique en deçà des 2 degrés dû aux trop grandes transformations nécessaires des systèmes énergétiques mondiaux en un temps trop court, il n’empêche qu’il pourrait théoriquement s’accomplir à très long terme si des changements profonds et structuraux étaient entrepris. Toutefois, avant que ces changements aient le temps de s’opérer, la concentration atmosphérique aurait le temps d’atteindre des niveaux trop dangereux et le réchauffement climatique aurait déjà mis le destin de la planète en grave danger. Dans cette optique, le découplage absolu est une utopie et, par conséquent, nous considérons que le paradigme socio-économique actuel doit être remis en question.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Benoît Rabouinfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectClimatfr
dc.subjectGaz à effet de serrefr
dc.subjectÉnergiefr
dc.subjectTechnologiefr
dc.subjectCroissancefr
dc.subjectDécouplage relatiffr
dc.subjectDécouplage absolufr
dc.subjectCapitalismefr
dc.subjectRéchauffementfr
dc.titleLe découplage entre croissance économique et émission de gaz à effet de serre est-il possible?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Benoît Rabouin
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Benoît Rabouin