Show simple document record

dc.contributor.advisorJulien, Pierre-André
dc.contributor.advisorTrépanier, Michel
dc.contributor.authorGuihur, Izold
dc.date.accessioned2016-01-27T16:26:51Z
dc.date.available2016-01-27T16:26:51Z
dc.date.created2010
dc.date.issued2010
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8244
dc.description.abstractL'innovation détermine en grande partie la compétitivité des entreprises car elle facilite leur distinction dans l'économie du savoir et qu'elle induit une flexibilité organisationnelle face un environnement turbulent. Selon une perspective évolutionniste, toutefois, les organisations poursuivent avec le temps une trajectoire technologique de plus en plus étroite car les routines qui sous-tendent la création et l'accumulation de connaissances à la base de l'innovation rigidifient les organisations. L'exploration technologique des organisations devient plus locale, plus proche de ce qu'elles connaissent déjà. Dans un processus de vieillissement, les organisations perdent graduellement leur flexibilité concurrentielle. Le problème est que l'innovation a besoin d'être alimentée en nouvelles connaissances, et donc, en information riche pour poursuivre sa contribution à la flexibilité des organisations. Le réseau dense, à cause de la densité des interactions entre partenaires, représente une source particulièrement féconde d'information riche pour innover. Nombre de travaux identifient d'ailleurs le potentiel du réseau dense pour innover dans un milieu turbulent. Le comment demeure néanmoins peu connu. Cette recherche vise à mieux comprendre comment le réseau dense alimente l'innovation en information riche. L'étude longitudinale d'un cas unique a servi à répondre aux questions spécifiques sur les processus d'apprentissage, d'absorption de l'information et sur des conditions de faisabilité de l'innovation en réseau dense, ou codéveloppement. L'unité d'analyse, constituée de cinq partenaires en codéveloppement, a représenté un contexte très complexe qui a justifié une étude empirique en profondeur. L'observation des chercheurs à quatre réunions de travail, la tenue d'un journal de bord, des entrevues semi-dirigées auprès des partenaires et des documents sur la préhistoire, la période active et la période passive du projet jusqu'à son abandon ont servi à la collecte des données. La technique du modèle logique a servi à valider des modèles proposés sur l'apprentissage et l'absorption d'information riche à la base du codéveloppement. Les comportements des partenaires ont aussi été comparés aux comportements considérés nécessaires à la faisabilité du codéveloppement. Malgré l'abandon du projet, les chaînes d'événements observés ont supporté les modèles logiques proposés dans l'explication de l'échec. Premièrement, l'apprentissage repose sur le déploiement d'une infrastructure qui est stabilisée par la coopération, activée par l'interaction et permettant l'appropriation des nouveaux savoirs. Cependant, les nouvelles connaissances produisent des effets rétroactifs sur les conditions d'apprentissage qui, dans le cas étudié, ont eu l'effet de déstabiliser la coopération et de créer un désinvestissement menant à l'échec du partenariat. Deuxièmement, des informations riches ont été absorbées à travers des activités d'interprétation, de création de savoir et de décisions. Les partenaires ont utilisé des signaux faibles et forts mis à leur disposition par des liens faibles et forts du réseau. La proximité socio-technique entre les partenaires a facilité la prise de décision mais en contrepartie, un mode décisionnel centralisé a inhibé les efforts d'action collective. Dans le cas étudié, les comportements ont permis de constater la corrélation entre la faiblesse des conditions de faisabilité et l'échec du codéveloppement. Ces conditions se composaient d'anticipations positives, de l'autonomie des individus, de leur ouverture, de mécanismes de réflexivité, de la légitimité du réseau, d'un leadership transformationnel, de coévôlutions fortes, de cultures alignées, d'un langage commun et de temps approprié pour déployer le codéveloppement. La recherche tient son originalité de l'autopsie d'un échec en codéveloppement à partir d'une étude in tiempo de sa perte. En plus de donner une réponse à l'apport d'information riche au codéveloppement, elle montre l'intérêt des chaînes logiques pour s'adapter aux mouvances d'un contexte complexe. La recherche fournit des ancrages théoriques à la recherche-action ou par systèmes souples. Ces résultats, de généralisation analytique, seront applicables à d'autres situations en considérant la richesse des constats de ce cas longitudinal unique.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Izold Guihur
dc.subjectInnovation
dc.subjectRéseau dense
dc.subjectCodéveloppement
dc.subjectApprentissage
dc.subjectFaisabilité
dc.titleLe processus d'innovation en réseau dense : autopsie d'un échec en codéveloppement
dc.typeThèse
tme.degree.disciplineÉconomique
tme.degree.grantorFaculté d'administration
tme.degree.grantotherUniversité du Québec à Trois-Rivières
tme.degree.levelDoctorat
tme.degree.nameD.B.A.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record