Show simple document record

dc.contributor.advisorRobert, Anne-Marie
dc.contributor.authorLaliberté, Lucie
dc.date.accessioned2016-01-27T16:20:44Z
dc.date.available2016-01-27T16:20:44Z
dc.date.created1994
dc.date.issued1994
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8231
dc.description.abstractCette étude considère la dimension culturelle comme facteur d'influence sur la motivation et la performance dans un cabinet d'experts-comptables. Des études en sciences comptables ont regardé l'influence de la culture nationale sur la participation à l'élaboration des objectifs, la motivation et la performance afin d'expliquer les conclusions divergentes des études sur le sujet. Cette recherche apporte des éléments démontrant que les différences de culture peuvent influencer les réactions face à la participation à l'élaboration des objectifs. Le modèle de base prévoit que la participation à l'élaboration des objectifs, tout en ayant, seule, une influence positive sur la performance des employés, favorise en plus leur motivation à atteindre les objectifs de l'entreprise. Cette recherche examine les différences, s'il y en a, des scores de participation, de motivation et de performance entre les francophones et les anglophones au Québec. De plus, tout en tenant compte de ces différences, nous avons cherché à savoir si le modèle était tout de même valide pour les deux groupes. La culture a été mesurée par le module d'enquête sur les valeurs de GEERT HOFSTEDE. La participation a été mesurée par le questionnaire de SEARFOSS [1976]. La motivation a été mesurée par le questionnaire sur la motivation selon la théorie des attentes, utilisé par BROWNELL [1983]. La performance a été mesurée à l'aide du questionnaire sur la performance d'un vérificateur de REBELE et MICHAELS [1990]. De plus, nous avons ajouté quelques questions supplémentaires afin d'adapter notre questionnaire au milieu de travail investigué. La recherche a été effectuée auprès de comptables agréés, francophones et anglophones, travaillant dans un cabinet d'experts-comptables dans la région de Montréal. Les résultats ont démontré que les répondants francophones ont une plus grande préférence que les anglophones pour une organisation centralisée où les tâches sont structurées et les règles écrites. Ils sont moins individualistes face à l'organisation et accordent plus d'importance à leur qualité de vie. Par ailleurs, les anglophones ont une plus grande préférence pour l'autonomie et pour les défis. Les résultats ont aussi démontré que les anglophones étaient plus motivés que les francophones et cette constatation est notée même si l'on tient compte du sexe, de l'âge, du salaire, de l'expérience et de la taille du cabinet. De plus, quoique les différences entre les groupes ne soient pas significatives (pe.05), le modèle de performance n'est pas toujours valide pour les anglophones lorsque l'on tient compte du sexe, de l'âge, du salaire, de l'expérience ou de la taille du cabinet. Ces résultats méritent que d'autres recherches s'interrogent à la question. Ainsi, une même étude pourrait être reprise auprès de comptables agréés travaillant dans un autre milieu, les répondants ayant signifié leur désir de quitter rapidement les cabinets. De même, il serait intéressant de reprendre l'étude auprès de cultures différentes ou utilisant d'autres instruments de mesure.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Lucie Laliberté
dc.titleLa dimension culturelle comme facteur d'influence sur la motivation et la performance : une étude en sciences comptables auprès de comptables agréés en cabinet
dc.typeMémoire
tme.degree.disciplineSciences comptables
tme.degree.grantorFaculté d'administration
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM. Sc.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record