Show simple document record

dc.contributor.advisorGuertin, Marc-André
dc.contributor.authorRajotte Sauriol, Genevièvefr
dc.date.accessioned2016-01-26T17:10:59Z
dc.date.available2016-01-26T17:10:59Z
dc.date.created2016fr
dc.date.issued2016-01-26
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8207
dc.description.abstractAu milieu du XXe siècle, la révolution verte a transformé l’agriculture. L’un de ses ingrédients fut le recours aux intrants chimiques, dont les pesticides utilisés pour lutter contre les ravageurs des cultures. Ces produits ne sont pas sans conséquence sur la santé des écosystèmes, incluant celle des humains. La surmortalité des abeilles constatée depuis le début des années 2000 au Québec serait justement l’un des symptômes d’un déséquilibre causé par les néonicotinoïdes, insecticides systémiques les plus vendus à travers le monde et utilisés de manière quasi automatique dans les champs de maïs et autres cultures dans la province. Comment cet enjeu préoccupant a-t-il trouvé écho auprès des citoyens grâce aux messages communiqués par les médias et les organisations d’intérêt public et privé? La communication est essentielle en environnement pour aider le public à comprendre le monde dans lequel il vit et y prendre part. Cet essai s’intéresse particulièrement aux messages concernant l’enjeu entourant l’usage des néonicotinoïdes communiqués aux citoyens par deux médias francophones québécois, soit La Presse et Le Devoir, une organisation d’intérêt public et une organisation d’intérêt privé, Équiterre et Précieuses abeilles. Il appert que ces acteurs ont surtout communiqué des messages concernant la mauvaise santé de l’abeille, importante pollinisatrice en agriculture, ne présentant pas la problématique dans son ensemble. En ce qui a trait aux solutions, ils ont concentré leurs messages autour des politiques publiques, réservant aux citoyens une poignée d’actions individuelles plutôt que collectives. Par ailleurs, l’analyse permet de souligner que les messages étudiés ne sont pas toujours éthiques et présentent bien souvent un seul coté de la médaille. Précieuses abeilles, une initiative de l’industrie des pesticides et des semences, va même jusqu’à utiliser des sophismes pour semer le doute sur ce que révèle la science. Pour communiquer de manière éthique et favoriser un débat écocitoyen entourant l’usage des néonicotinoïdes, il est recommandé aux communicateurs en environnement de présenter de manière plus équilibrée l’ensemble de la problématique et des solutions. La rigueur dans l’utilisation des sources, la transparence et la mise en lumière des points de tension entre les différents systèmes de valeurs des parties prenantes aideraient davantage les citoyens à comprendre l’enjeu et à agir pour le bien commun. L’utilisation systématique des néonicotinoïdes est vraisemblablement sur le point d’arriver à terme au Québec, mais la discussion au sujet de l’agriculture que nous souhaitons est à intensifier et à améliorer.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Geneviève Rajotte Sauriolfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectNéonicotinoïdesfr
dc.subjectPesticidefr
dc.subjectAgriculturefr
dc.subjectAbeillefr
dc.subjectCommunication environnementalefr
dc.subjectMessagefr
dc.subjectJournalismefr
dc.subjectRelations publiquesfr
dc.subjectÉthiquefr
dc.subjectÉcocitoyennetéfr
dc.titleAnalyse des messages véhiculés par des médias et des organisations d’intérêt public et privé au sujet des néonicotinoïdes : communiquer pour le bien communfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Geneviève Rajotte Sauriol
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Geneviève Rajotte Sauriol