Show simple document record

dc.contributor.advisorDe Ladurantaye, Réjean
dc.contributor.authorFéret, Anaïsfr
dc.date.accessioned2016-01-22T14:11:41Z
dc.date.available2016-01-22T14:11:41Z
dc.date.created2016fr
dc.date.issued2016-01-22
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8193
dc.description.abstractAu Québec, environ 14 % de la population s’approvisionne en eau potable à partir d’un puits individuel et chaque propriétaire de puits est responsable de la qualité de son eau. L’état actuel des connaissances démontre que des problématiques de contamination de l’eau des puits existent. Cependant, peu de personnes réalisent les tests de routine recommandés par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, principalement pour des raisons de faible perception du risque et de logistique. Pourtant, il est reconnu que certains contaminants peuvent avoir des effets importants sur la santé. L’objectif de cet essai est de proposer un mode de gestion intégré qui permettrait d’améliorer la surveillance de la qualité de l’eau des puits. Pour cela, la situation a été analysée en ce qui concerne le nombre de personnes concernées, les problématiques de contamination et leurs effets sur la santé, les perceptions de la situation par les propriétaires de puits et enfin les rôles et les responsabilités de chacun. Par ailleurs, cette problématique reconnue au Canada et aux États-Unis a fait l’objet d’un certain nombre d’études, de mise en place de programme et de règlementation. Afin d’atteindre l’objectif, cinq cas ont été analysés, cependant, aucune solution n’a réussi, à ce jour, à apporter une réponse adéquate pour garantir que chaque propriétaire de puits connaisse la qualité de son eau et puisse prendre des mesures de protection adéquates. Les recommandations formulées à la suite de cette analyse sont, entre autres, la mise en place d’une stratégie concertée en partenariat avec plusieurs instances gouvernementales et municipales tout en maintenant la responsabilité actuelle des propriétaires de puits à l’égard de la qualité de leur eau et du financement des analyses. Par ailleurs, l’amélioration de la communication à l’égard des propriétaires de puits, l’accès facilité à des conseils en cas de contamination et surtout une logistique facilitée pour la réalisation des analyses sont des éléments importants pour obtenir l’adhésion de la population concernée. Cette stratégie permettrait d’avoir un impact positif sur la santé publique, mais également d’acquérir des connaissances importantes sur la qualité de l’eau souterraine afin de guider les actions en lien avec la gestion de l’eau au Québec.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Anaïs Feretfr
dc.subjectPuits individuelsfr
dc.subjectContamination de l'eaufr
dc.subjectAnalyses d'eaufr
dc.subjectPerception du risquefr
dc.subjectSanté publiquefr
dc.subjectRèglement sur la qualité de l'eau potablefr
dc.subjectRèglement sur le prélèvement des eaux et leur protectionfr
dc.titleLa qualité de l'eau des puits individuels au Québec: comment améliorer les pratiques d'analyses?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record