Show simple document record

dc.contributor.advisorDionne, Denis
dc.contributor.advisorShipley, John William
dc.contributor.authorParadis, Pierre
dc.date.accessioned2015-12-15T16:17:57Z
dc.date.available2015-12-15T16:17:57Z
dc.date.created2014
dc.date.issued2014
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8128
dc.description.abstractL’objectif de cet essai est d’évaluer les risques et les adaptations pertinentes aux changements climatiques pour les méthodes de réhabilitation minières en milieu tropical en étudiant le cas de la Nouvelle-Calédonie. Sur le territoire, l’exploitation des nombreuses mines de nickel à ciel ouvert a entraîné la destruction de la végétation et la dégradation du milieu naturel. Des opérations de réhabilitations des sites dégradés sont réalisées, cependant l'évolution possible de certains paramètres climatiques induits par les changements climatiques planétaires pourrait influencer le succès des opérations de réhabilitation. Il convient donc d'estimer ces changements afin de mettre en place des mesures d'adaptation et d'atténuation aux impacts possibles. Les principaux changements projetés d'ici la fin du 21e siècle sont une réduction des précipitations moyennes annuelles, mais une augmentation des épisodes de précipitations intenses et de l'intensité des dépressions cycloniques tropicales. Une hausse des températures moyennes et maximales de l'ordre de 1 à 4°C est également prévue. Les principaux impacts engendrés par ces changements sont une augmentation des processus d'érosion et de mouvements de terrain, une augmentation de la fréquence des incendies de brousse, une hausse de la mortalité des végétaux et une baisse des taux de croissance liées à la réduction des précipitations et la hausse des températures, ainsi qu'un appauvrissement du sol lié au passage répété des incendies et de l'érosion. Les principales mesures d'adaptation et d'atténuation possibles sont l'utilisation d'une grande diversité d'espèces dans les opérations de revégétalisation, un contrôle accru de la matière combustible et des espèces favorisant un cycle rapproché d'incendies, la réalisation d'un suivi des opérations afin de mettre en place un système d'amélioration continue des connaissances. Les conclusions de l'étude démontrent que bien qu'il existe encore de grandes incertitudes quant aux changements climatiques futurs et leurs impacts sur le succès de réhabilitation, certaines actions peuvent déjà être entreprises afin d'améliorer les opérations et réduire la vulnérabilité des sites miniers dégradés en Nouvelle-Calédonie.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Pierre Paradis
dc.titleRisques et adaptation aux changements climatiques dans les méthodes de réhabilitation minière en milieu tropical : cas de la Nouvelle-Calédonie
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.E.I.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record