Show simple document record

dc.contributor.advisorAnsseau, Colette
dc.contributor.authorHébert-Marcoux, Sarah-Émilie
dc.date.accessioned2015-12-15T16:17:50Z
dc.date.available2015-12-15T16:17:50Z
dc.date.created2009
dc.date.issued2009
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8113
dc.description.abstractLes écosystèmes riverains sont des écotones situés à l'interface des milieux aquatiques et terrestres. Ce sont des écosystèmes dynamiques, complexes et très importants au sein du paysage, parce que ce sont des milieux d'une grande productivité biologique, parce qu'ils sont composés d'une riche biodiversité et qu'ils sont le lieu où s'accomplit une foule de processus et de fonctions écologiques. Les écosystèmes riverains, par l'accomplissement de ces processus et de ces fonctions, fournissent de nombreux services écologiques bénéfiques pour l'homme, traditionnellement associés au maintien de la qualité de l'eau et à la protection des sols contre l'érosion. Or, ils sont directement touchés par l'anthropisation du paysage. L'occupation et la transformation du territoire par l'homme ont engendré une modification des écosystèmes riverains dans leur structure et leurs fonctions. La fragmentation et la perte d'habitat sont des symptômes de cette intensification des activités humaines, qui poussent les espaces naturels dans leurs derniers retranchements. Les bandes riveraines sont des éléments anthropisés du paysage, vestiges des écosystèmes riverains. Elles sont souvent le résultat de l'expansion des activités anthropiques et de la conversion des terres. Au Québec, la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables est une politique gouvernementale qui met en oeuvre un cadre normatif de protection minimale visant les bandes riveraines. Les bandes riveraines font ainsi l'objet de normes d'intervention et d'aménagement contrôlées, sur le plan de la largeur notamment, et sont utilisées comme bandes d'amortissement entre le milieu aquatique et le milieu terrestre anthropisé. Cependant, la transformation des écosystèmes riverains en bandes riveraines réduit et contrôle artificiellement l'étendue de la végétation riveraine, et simplifie sa structure et sa composition. La nature et le fonctionnement des bandes riveraines diffèrent donc significativement de ceux des écosystèmes riverains naturels, ce qui se traduit dans le paysage par une dégradation des processus et des fonctions écologiques. Une de ces fonctions écologiques importantes est celle de servir de corridor écologique. Les corridors sont des éléments linéaires du paysage qui constituent des liens entre des parcelles d'habitat qui seraient autrement isolées. Ils se caractérisent par leur structure, mais sont surtout définis par leur fonction de conduit. Les corridors écologiques sont donc d'importants éléments de connectivité structurelle et fonctionnelle dans le paysage, parce qu'ils permettent de canaliser les flux écologiques, comme les déplacements d'organismes, tant à l'échelle locale qu'à l'échelle régionale. Les écosystèmes riverains sont d'importants éléments de connectivité structurelle et fonctionnelle dans le paysage et pour autant constituent des corridors écologiques. Par contre, cette fonction est grandement affectée dans les bandes riveraines, compte tenu de la réduction de leur taille et de la simplification de leur structure et de leur composition. En effet, l'application des seules normes de protection minimale de la Politique ne favorise pas le maintien des dynamiques naturelles et des processus, et ne permet pas de respecter l'intégrité écologique du milieu riverain. Dans ce contexte, ce sont les fonctions mêmes du milieu riverain, et notamment la fonction essentielle de corridor écologique, qui sont perturbées, voire perdues. Pourtant, le Québec profite d'un réseau hydrographique complexe et ramifié, qui représente un substrat naturel intéressant pour l'aménagement d'un réseau de corridors riverains entre les parcelles d'habitat ou les aires protégées. La fonction de corridor pourrait être restaurée, dans la mesure où les normes de la Politique s'ajustent davantage aux dimensions et au fonctionnement naturel des écosystèmes riverains, et intègrent une conception longitudinale des bandes riveraines.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Sarah-Émilie Hébert-Marcoux
dc.titleLes écosystèmes riverains, les bandes riveraines et les corridors écologiques : regard sur la capacité des bandes riveraines définies selon la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du Québec de maintenir la fonction de corridor écologique
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.E.I.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record