Show simple document record

dc.contributor.advisorRodrigue, Donald
dc.contributor.authorChabot, Mélanie
dc.date.accessioned2015-12-15T16:17:39Z
dc.date.available2015-12-15T16:17:39Z
dc.date.created2007
dc.date.issued2007
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8091
dc.description.abstractLe Vacher à tête brune (Molothrus ater) est un parasite de nichée. La femelle ne construit pas de nid. Elle dépose plutôt ses oeufs dans le nid d'autres passereaux. Jadis limitée aux prairies continentales du Centre de l'Amérique du Nord, la distribution géographique du vacher s'est largement étendue en raison de la transformation de nombreuses forêts en champs, en pâturages, en zones urbaines, etc. Le Vacher à tête brune est actuellement un des oiseaux les plus communs de l'Amérique du Nord. Le Sud du Québec est une des aires de reproduction de l'espèce. Elle y est très fortement associée au paysage agricole qui présente un mélange idéal de sites d'alimentation et de reproduction. En effet, les grandes étendues d'herbes courtes où les vachers s'alimentent y sont abondantes. De plus, les vachers trouvent dans la bordure des boisés de nombreux hôtes potentiels. Il est généralement accepté que le parasitisme a un effet négatif sur le succès reproducteur des parents adoptifs. Bien que plusieurs espèces des prairies aient développé des défenses contre le parasitisme, les nouveaux hôtes de l'Est acceptent généralement les oeufs intrus. Le présent travail est une analyse préliminaire des impacts potentiels de la présence du Vacher à tête brune au parc national du Mont-Saint-Bruno. Le parc est un petit fragment forestier de la Montérégie entouré de terres agricoles où l'on cultive principalement du maïs. Le parc et ses environs semblent offrir une bonne aire de reproduction au vacher. Soixante de ses hôtes biologiques y nichent, dont dix de ses espèces favorites. La majorité des espèces qu'il parasite semblent être abondantes. Les populations de vachers sont davantage limitées en ce qui concerne les sites d'alimentation. Il n'y a pas présence importante de bétail dans les environs. Il y a cependant des golfs, une station de ski alpin, et un aéroport qui sont des habitats alternatifs intéressants. L'abondance du vacher semble donc globalement limitée. Cela indique que le taux de parasitisme est probablement faible au mont Saint-Bruno. À priori, aucune mesure de gestion n'est à recommander sur ce territoire en ce qui concerne les vachers puisque leur impact sur la communauté aviaire y semble réduit.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© Mélanie Chabot
dc.titleImpacts potentiels de la présence du Vacher à tête brune (Molothrus ater ater)au parc national du Mont-Saint-Bruno
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.E.I.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record