Show simple document record

dc.contributor.advisorAnsseau, Colette
dc.contributor.authorBélanger, David
dc.date.accessioned2015-12-15T16:17:34Z
dc.date.available2015-12-15T16:17:34Z
dc.date.created2009
dc.date.issued2009
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8083
dc.description.abstractLes écosystèmes marins côtiers sont des milieux de plus en plus affectés par l’activité humaine. L’industrialisation et le développement des villes et des sociétés humaines en zone côtière sont les principales causes de l’augmentation de la pression écologique exercée sur ces milieux. Afin de parvenir à contrer la dégradation des milieux naturels marins il est essentiel de développer des outils d’évaluation et de suivi de la qualité de l’environnement. La science de la bioindication, c’est-à-dire de l’utilisation d’organismes vivants dans le but d’évaluer les conditions environnementales d’un milieu donné, a développé de nombreux outils (bioindicateurs, biomoniteurs, bioaccumulateurs, biomarqueurs, etc.) permettant la gestion et le maintien des écosystèmes marins côtiers. Ceux-ci sont principalement aux prises avec des problèmes de contamination impliquant les métaux lourds, les biocides, les BPC, les hydrocarbures et les rejets d’eaux usées près des côtes. Parmi les différents bioindicateurs pouvant être utilisés afin d’évaluer la qualité du milieu marin, ceux issus de la macrofaune benthique présentent de nombreux avantages et ont été abondamment utilisés par les chercheurs jusqu’à présents. Les porifères, les échinodermes, les coraux, les vers marins et les mollusques représentent les groupes d’organismes les plus utilisés en raison de certaines caractéristiques qui leurs sont propres comme l’abondance, la taille, le mode de vie sédentaire et les régimes alimentaires spécifiques. L’emploi de ces bioindicateurs macrobenthiques est de plus en plus répandu au sein des organismes internationaux oeuvrant dans les domaines de la conservation et du développement durable et ils comptent parmi les meilleurs outils mis à la disposition de l’homme pour faire face aux différents défis environnementaux présents et futurs auxquels doivent faire face les écosystèmes marins côtiers. Le grand défi des générations à venir consiste à mettre sur pied des méthodes d’évaluation environnementale accessibles à tous les pays et à développer des systèmes d’échange d’informations permettant le suivi et la conservation des milieux marins côtiers à l’échelle internationale.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité de Sherbrooke
dc.rights© David Bélanger
dc.titleUtilisation de la faune macrobenthique comme bioindicateur de la qualité de l’environnement marin côtier
dc.typeEssai
tme.degree.disciplineBiologie
tme.degree.grantorFaculté des sciences
tme.degree.levelMaîtrise
tme.degree.nameM.E.I.


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record