Show simple document record

dc.contributor.advisorDionne, Isabelle
dc.contributor.authorRouleau-Gagnon, Gabriellefr
dc.date.accessioned2015-11-17T15:06:08Z
dc.date.available2015-11-17T15:06:08Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-11-17
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8038
dc.description.abstractAvec le vieillissement, on observe plusieurs maladies et conditions qui se développent. Les hommes comme les femmes sont à risque de développer de l’ostéoporose ainsi que la sarcopénie. Or, les mécanismes et les causes menant à la détérioration de la santé musculosquelettique sont nombreux et certains de ceux-ci sont modifiables. Des éléments de la vie quotidienne peuvent venir atténuer le processus de perte osseuse et musculaire, tels que l’exercice physique ainsi que l’alimentation. Il a été démontré que la consommation de calcium et de protéine, ainsi que l’entrainement en résistance ont des effets positifs sur la santé osseuse et également musculaire. Comme les études sont davantage faites chez les femmes en raison de leur risque plus accru, les hommes sont moins conscientisés mais tout autant à risque. L’objet de notre présente étude est de vérifier si une prise de suppléments en protéines et riche en calcium, combinée à un programme d’entrainement en résistance, d’une durée de 16 semaines, aura un impact sur la densité minérale osseuse (DMO) chez des hommes sarcopéniques et de vérifier si une prise de supplément de protéines contenant du calcium de source laitière comparé à un supplément de protéines avec du calcium ajouté, suite à un programme d’entrainement en résistance d’une durée de 16 semaines, aura un impact sur la DMO chez des hommes sarcopéniques. Cette une étude comprenant trois groupes d’hommes âgés sarcopéniques (26 hommes) qui prenaient des suppléments avec des niveaux différents de protéines et de calcium et où la provenance du calcium était différente (contrôle vs suppléments vs aliments), le tout combiné à un programme d’exercice en résistance sur 4 mois. Tous les sujets étaient soumis au même programme d’entrainement à raison de trois fois par semaine et où la collation était prise sur place post-entrainement. Des mesures de compositions corporelles (DXA), un journal alimentaire sur 3 jours ainsi que des prises de sang ont été réalisés au cours du programme. Les résultats n’ont pas démontré une différence significative quant à la consommation de suppléments en calcium avec un programme d’entrainement en résistance au niveau de la DMO. Par contre, il est intéressant de voir une tendance significative négative de la DMO dans le groupe contrôle. Pour ce qui est du type de protéines, soit provenant d’acides aminés essentiels ou du lait de vache, les hommes étant dans le groupe lait de vache ont vu leur DMO du col du fémur s’améliorer. La consommation de calcium en supplément combiné à un entrainement en résistance n’améliore pas la DMO, mais au moins, celle-ci est maintenue. Il est plus bénéfique d’opter pour un produit de source laitière au lieu de suppléments en AAE pour améliorer la DMO sans oublier d’inclure l’entrainement en résistance au quotidien.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Gabrielle Rouleau-Gagnonfr
dc.subjectEntrainementfr
dc.subjectProtéinefr
dc.subjectOstéoporosefr
dc.subjectÂgésfr
dc.subjectHommesfr
dc.subjectCalciumfr
dc.titleEffet d’une prise de suppléments en protéines et riches en calcium et vitamine D, combinée à un programme d’entrainement en résistance d’une durée de 16 semaines sur la densité minérale osseuse (DMO) chez des hommes âgés sarcopéniquesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineSciences de l'activité physiquefr
tme.degree.grantorFaculté des sciences de l'activité physiquefr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Sc.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record