Show simple document record

dc.contributor.advisorOlivier, Marc-J.
dc.contributor.authorRolland, Émiliefr
dc.date.accessioned2015-11-13T15:58:59Z
dc.date.available2015-11-13T15:58:59Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-11-13
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8033
dc.description.abstractL’objectif principal de cet essai est d’élaborer un outil d’aide à la gestion des matières résiduelles pour les entreprises d’économie sociale axées sur le réemploi en se basant sur le cas d’Estrie Aide. Plus précisément, il vise à fournir un outil pour la réalisation d’un bilan matière nécessaire pour structurer la gestion des matières résiduelles. Ces entreprises reçoivent chaque jour de grandes quantités de dons d’objets qu’elles doivent trier. Deux flux sont ainsi générés : les objets mis en vente et les matières résiduelles rejetées. La gestion de ces dernières est un grand défi dans ce type d’entreprise et la proportion de matière enfouie démontre un potentiel de diminution. Estrie Aide, une entreprise sherbrookoise, s’est proposée pour être le sujet de l’étude démontrant ainsi sa grande volonté d’action en ce qui concerne l’optimisation de sa gestion des matières résiduelles et la diminution de son impact environnemental. Aussi, la grande diversité des objets qui y sont traités permet de cibler un grand éventail d’action et ainsi de correspondre à un grand nombre d’entreprises d’économie sociale axées sur le réemploi. Il a été possible d’établir que, dans les avenues de gestion possédant une possibilité d’amélioration, c’est-à-dire l’élimination, la valorisation et le recyclage, c’est l’élimination qui possède le potentiel le plus important chez Estrie Aide. Il s’agit d’ailleurs de l’avenue de gestion à éviter selon la hiérarchisation du principe des 3RV-E. Les recommandations présentées dans le présent document tentent de remédier à cette problématique en visant la réduction des proportions de matières enfouies, en impliquant les employés et leur milieu de travail dans la gestion des matières résiduelles et en approfondissant les connaissances des flux de matières parcourant ces entreprises. Cet essai permet aux entreprises d’économie sociale axées sur le réemploi de faire les premiers pas en gestion de matières résiduelles en établissant un portrait de la situation actuelle de leur entreprise. De la sorte, des prises de décision éclairées pourront être faites et un plan d’action efficace pourra être établi. La conclusion de l’étude démontre qu’un soutien doit être apporté aux entreprises d’économie sociale axées sur le réemploi afin de diminuer la proportion de matière éliminée au profit des autres avenues de gestion des matières résiduelles.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emilie Rollandfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectEntreprise d’économie socialefr
dc.subjectRéemploifr
dc.subjectBilan matièrefr
dc.subjectCaractérisationfr
dc.subject3RV-Efr
dc.subjectMatières résiduellesfr
dc.subjectDéchets ultimesfr
dc.subjectIntrantsfr
dc.subjectExtrantsfr
dc.titleOutil d’aide à la gestion des matières résiduelles pour les entreprises d’économie sociale axées sur le réemploi : le cas d’Estrie aidefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Emilie Rolland
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Emilie Rolland