Show simple document record

dc.contributor.advisorThérien, Bénédicte
dc.contributor.authorFecteau-Bourque, Pascalefr
dc.date.accessioned2015-11-02T15:08:05Z
dc.date.available2015-11-02T15:08:05Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-11-02
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/8019
dc.description.abstractL’adaptation au changement climatique est une nécessité au Pérou, particulièrement pour les communautés des Andes qui pratiquent l’agriculture de subsistance et qui dépendent grandement des ressources naturelles affectées par le changement climatique. Afin de favoriser l’adoption, le maintien ou le renforcement des pratiques d’adaptation, il est important de tenir compte des facteurs d’influence des comportements. Pour cette raison, une enquête évaluant les pratiques actuelles ainsi que les perceptions de huit pratiques (irrigation, barrières vivantes, gestion communale des ressources, conservation des pâturages, gestion intégrée des ravageurs, fertilisation organique, jachère et diversification des revenus) a été menée dans les communautés alto-andines du district de Huari, Ancash où intervient l’ONG péruvienne Allpa. L’objectif de l’essai est d’élaborer des recommandations qui permettront à Allpa d’améliorer son intervention pour la promotion des meilleures pratiques d’adaptation au changement climatique dans les communautés de Huari. L’enquête menée dans les communautés a démontré que les huit pratiques sélectionnées étaient déjà utilisées, en tout ou en partie, mais avec des degrés d’appropriation différents. Le manque d’argent et le manque de formation sont les principaux obstacles à l’adoption, au maintien ou au renforcement de ces pratiques. L’amélioration des rendements des cultures, qui se traduit généralement par une augmentation des revenus et une amélioration de la qualité de vie, est la principale motivation pour l’adoption, le maintien ou le renforcement d’une pratique. L’influence des pairs est également un motivateur important. À partir des résultats de l’enquête, il est recommandé qu’Allpa renforce l’efficacité personnelle des communautés quant à l’adaptation au changement climatique. De plus, l’ONG doit diminuer, voire éliminer, les obstacles du manque de ressources financières, du manque de formation et du manque de matières premières pour la fertilisation organique. Utiliser l’influence des pairs pour favoriser l’adoption, le maintien ou le renforcement des pratiques fait aussi partie des recommandations. Finalement, des recommandations visant la bonne marche de l’intervention générale d’Allpa pour la promotion des pratiques d’adaptation sont faites.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Pascale Fecteau-Bourquefr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectAdaptationfr
dc.subjectChangement climatiquefr
dc.subjectPerceptionfr
dc.subjectPratiquefr
dc.subjectEnquêtefr
dc.subjectPéroufr
dc.subjectAndesfr
dc.subjectEntretienfr
dc.subjectDéveloppementfr
dc.subjectONGfr
dc.titleAnalyse des perceptions des pratiques d'adaptation au changement climatique pour une meilleure intervention auprès des communautés alto-andines d'Ancash, Péroufr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Pascale Fecteau-Bourque
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Pascale Fecteau-Bourque