Show simple document record

dc.contributor.advisorFréchette, Yves
dc.contributor.authorFanucchi, Deliafr
dc.date.accessioned2015-10-14T20:02:03Z
dc.date.available2015-10-14T20:02:03Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-10-14
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7967
dc.description.abstractSuite à la conscientisation que le rejet des eaux usées dans les cours d’eau devenait une pratique trop polluante et un risque pour la santé, les usines d’épuration d’eaux ont été développées. Cette mesure préventive a eu à son tour ses impacts économiques, sociaux et environnementaux qui ont contribué à vouloir diminuer les déchets et renforcer le recyclage et la revalorisation. Si le Québec veut atteindre son objectif d’enfouir aucune matière organique d’ici 2020, il sera contraint à mettre en œuvre d’autres solutions pour les biosolides. En fait, un mouvement vers le recyclage agricole a été entrepris à divers endroits mondialement, mais non sans controverse. En fait, un des premiers enjeux du Plan d'action 2013-2015 de la Table de concertation sur le recyclage des matières organiques de Recyc-Québec est « [ d’ ]augmenter l’acceptabilité sociale de l’épandage des boues municipales en agriculture ». Ainsi, l’objectif principal de cet ouvrage est d’offrir un guide méthodologique pour soutenir les municipalités québécoises à atteindre l’acceptabilité sociale du recyclage des boues provenant de leur usine d’épuration d’eaux usées en milieu agricole. Cet ouvrage revoit l’historique menant le gouvernement québécois à encourager ce type de recyclage, ainsi que les enjeux divers associés aux options variées de gestion des boues municipales. Ces deux sections sont suivies d’un recueil d’évènements revendiquant et vantant l’épandage des boues. La section suivante donne une explication des notions de base associées à l’acceptabilité sociale pour pouvoir entamer la section détaillant les conditions nécessaires pour atteindre cette acceptabilité sociale. La dernière section décrit les éléments les plus cruciaux de l’acceptabilité sociale qui s’apparentent à l’avant-projet, le début de projet, la mise en œuvre ainsi que la fermeture ou l’après-projet. Une liste de parties prenantes générique est incluse en annexe. Pour de multiples raisons, il est conclu que la poursuite et l’atteinte de l’acceptabilité sociale de l’épandage des biosolides doit être entreprise par le gouvernement provincial et non par les municipalités. Nonobstant cela, ce guide contient toute l’information essentielle pour entreprendre une démarche d’acceptabilité sociale de l’épandage des boues municipales en agriculture.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Délia Fanucchifr
dc.rightsAttribution - Partage dans les Mêmes Conditions 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5/ca/*
dc.subjectQuébecfr
dc.subjectAcceptabilité socialefr
dc.subjectBouesfr
dc.subjectBiosolidesfr
dc.subjectEaux uséesfr
dc.subjectÉpandage agricolefr
dc.subjectMatière résiduelle fertilisantefr
dc.subjectDigestatfr
dc.subjectOrganiquesfr
dc.subjectMunicipalfr
dc.titleGuide méthodologique pour une démarche d’acceptabilité sociale dans le cadre d’un projet environnemental pour les municipalités ayant une usine d’épuration d’eaux uséesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Délia Fanucchi
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Délia Fanucchi