Show simple document record

dc.contributor.advisorTherrien, Renéfr
dc.contributor.authorGuinard Béchard, Daniellefr
dc.date.accessioned2015-09-29T13:54:15Z
dc.date.available2015-09-29T13:54:15Z
dc.date.created1992fr
dc.date.issued1992fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7863
dc.description.abstractL'autonomie psychosociale des personnes âgées en institution est sujette à l'influence des intervenants. La présente étude se penche sur ce thème pour apporter plus de connaissances sur les liens existants entre une composante de la personnalité de l'intervenant en soins de longue durée et ses attitudes face à la valorisation de l'autonomie des personnes âgées à qui il offre ses services. Existe-t-il un lien significatif entre l'estime de soi de l'intervenant et ses attitudes face à l'autonomie des âgés qu'il soigne ou traite? L'échantillon se compose de 100 intervenants, hommes et femmes, travaillant dans deux centres de soins prolongés, occupant diverses fonctions auprès des âgés. L'estime de soi est mesurée au moyen du test de Fitts (TSSC) sur le concept de soi tandis que la valorisation accordée à l'autonomie est évaluée par le différentiel sémantique d'Osgood. La relation entre les deux variables, vérifiée par le test de corrélation de Pearson, indique que le lien est statistiquement significatif à un niveau de probabilité de .01, la force de la relation est cependant moyenne avec un coefficient de R=.42. De plus, des tests d'ANOVA entre les différentes catégories de sujets démontrent un lien statistique significatif entre la formation en gérontologie et la valeur accordée à l'autonomie. Un certain lien, non significatif cependant, existe aussi avec la scolarité et avec la fonction au travail. L'estime de soi semble être un élément qui joue en partie sur la valeur accordée à l'autonomie. Il serait tout de même intéressant de vérifier d'autres éléments de la personnalité et de les mettre en relation avec la valorisation de l'autonomie ou avec des attitudes souhaitées chez les intervenants. L'étude fait ressortir que l'intervenant ayant une formation en gérontologie accorde plus d'importance à l'autonomie des âgés, mais le fait d'étudier dans ce domaine indique déjà un certain intérêt pour ceux-ci, est-ce cet intérêt ou la formation elle-même qui influence réellement la valeur accordée à l'autonomie?fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Danielle Guinard Béchardfr
dc.titleL'estime de soi des intervenants et la valorisation de l'autonomie des personnes âgéesfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineGérontologiefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record