Show simple document record

dc.contributor.advisorLuc, Laurent-Paulfr
dc.contributor.authorGuay, Éricfr
dc.date.accessioned2015-09-29T13:54:14Z
dc.date.available2015-09-29T13:54:14Z
dc.date.created1996fr
dc.date.issued1996fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7861
dc.description.abstractLa Religion a constamment tenu une place de choix à l’intérieur de la conception particulière que Hegel avait de son Système. En s’adonnant à la lecture des ouvrages de jeunesse, tels que: Vie de Jésus, La positivité de la religion chrétienne, L ‘Esprit du Christianisme et son destin, jusqu’ aux travaux de la maturité: Précis de l’Encyclopédie des sciences philosophiques, Leçons sur la philosophie de ta religion; nous remarquons que le nom de Dieu, ainsi que notre relation à celui-ci, y furent toujours présents, au coeur des écrits hégéliens comme «quelque chose d’essentiel» qui intervient dans le procès d’un réel en passe de s’accomplir absolument. La Phénoménologie de l’Esprit ne se soustrait pas à cet usage et place la Religion au coeur même de sa visée extravagante: accomplir la philosophie en présentant absolument un Savoir qui exprime l’entièreté du réel. En matière de vérité, deux options s’offrent immédiatement à l’homme consciencieux qui désire savoir absolument: la philosophie où celui-ci s’intuitionne comme «sujet», et la Religion où il s’entrevoit comme «objet divin». Selon Hegel, ces deux visions du monde s’unissent lorsque la conscience atteint la complète expérience d’elle-même afin de faire apparaître ce qu’il appelle l’ « Esprit »: un Savoir total qui ne laisse subsister aucune différence insurmontable entre «l’objet connu» et «le sujet connaissant». Nous verrons comment l’expérience du «contenu religieux» nous achemine progressivement sur la voie qui conclut la figuration du «cercle» qui expose l’Esprit, en invitant l’homme à se défaire de la «distance» de son savoir pour peu à peu s’acheminer vers le domaine de sa «présence». C’est l’étude de cet itinéraire de la Religion au sein de la Phénoménologie de Hegel qui a orienté notre recherche, jusqu’à ce que s’en éclaire la véritable teneur, que «c’est en mourant à elle-même que, ce que Hegel nomme “la belle âme”, devient “Savoir effectivement réel”, et ce, sous la poussée résolument pratique de “l’Esprit autoconscient” présenté dans la section Religion de la Phénoménologie de t ‘Esprit».fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Éric Guayfr
dc.titleReligion et sa voir absolu dans La phénoménologie de l’esprit de Hegelfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplinePhilosophie et éthiquefr
tme.degree.grantorFaculté des lettres et sciences humainesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM.A.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record