Show simple document record

dc.contributor.advisorBégin, Lucfr
dc.contributor.authorSte-Croix, Mariofr
dc.date.accessioned2015-09-29T13:30:20Z
dc.date.available2015-09-29T13:30:20Z
dc.date.created1990fr
dc.date.issued1990fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7803
dc.description.abstractLa présente recherche visait à étudier les effets de la transmission de quantités diverses d’informations professionnelles sur la différenciation cognitive des sujets, qui est une variable associée à l’approche de la complexité-simplicité cognitive de Bien (1955), et ce, en fonction d’une autre variable portant sur les capacités cognitives des sujets, l’intégration cognitive. L’épreuve Groupements, issue du modèle psychogénétique de Bégin (1984), fut utilisée pour mesurer l’intégration cognitive. Une hypothèse suggérée par Bégin (1985) veut que les sujets les plus complexes à la variable intégration ont accès, en raison de leur plus grande capacité d’abstraction, à une somme plus grande d’informations que les sujets moins complexes, et puisque la capacité de traiter l’information varie en fonction de la quantité reçue, la surcharge informative est toujours plus grande chez les sujets les plus complexes qui obtiendraient ainsi des résultats inférieurs à la variable différenciation. Afin de vérifier cette supposition, quatre quantités d’informations ont été transmises (0, 2, 4, et 6 descriptions de professions) et trois niveaux d’intégration cognitive retenus. L’hypothèse I vérifiait d’abord les effets des descriptions sur la différenciation sans tenir compte du niveau d’intégration cognitive des sujets. Tout comme lors des recherches antérieures, nous avons observé une diminution de la différenciation au post-test pour l’ensemble des sujets, sauf pour ceux ayant reçu six descriptions. Une analyse de variance a montré l’effet significatif de l’ensemble des descriptions transmises sur la différenciation. Cependant, une comparaison effectuée entre les traitements au niveau des items expérimentaux et non-expérimentaux a permis de constater que les sujets n’ont pas été affectés de façon spécifique par les traitements. Pour comprendre ce résultat, nous avons d’abord suggéré que la lecture a probablement été faite de façon aléatoire, en tout ou en partie, par un nombre indéterminé de sujets. Nous avons ensuite formulé deux tentatives d’explications: la première est reprise de Bégin (1 985) et veut que lors de situation de traitement à zéro description (situation de contrôle) les sujets feraient appel à l’information qu’ils possèdent déjà, situation qui s’appliquerait aux sujets du présent échantillon qui n’auraient pas lu les descriptions. La seconde explication est que les sujets ayant reçu des descriptions auraient été soumis en fait à une situation de traitement sous-optimal, des bribes de descriptions étant lues par ces sujets, la quantité de ces bribes augmentant avec le nombre de descriptions transmises, et la performance croissant en fonction du nombre de descriptions. La seconde hypothèse portait sur les effets des descriptions transmises sur la différenciation en tenant compte du niveau d’intégration cognitive des sujets. Les résultats confirment l’effet significatif des descriptions entrevu à l’hypothèse I, mais montre un résultat non significatif quant à l’effet de l’intégration. Cependant, inversement de ce qui était prévu, une tendance à la hiérarchisation des effets des traitements sur la différenciation en fonction du niveau d’intégration a été observée. Ainsi, on constate que les sujets à intégration élevée obtiennent de meilleurs résultats que les sujets à intégration plus faible, ce que l’on rencontre habituellement dans le cas de situation de traitement à zéro description ou avec traitement sous-optimal. En ce sens, la présente recherche confirme partiellement l’importance à accorder à la variable intégration cognitive puisque l’on observe une tendance, quoique non significative, de la différenciation cognitive à varier en fonction du niveau d’intégration cognitive.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Mario Ste-Croixfr
dc.titleLes effets différentiels de l’information professionnelle en fonction du niveau d’intégration cognitive des sujetsfr
dc.typeMémoirefr
tme.degree.disciplineOrientation professionnellefr
tme.degree.grantorFaculté d'éducationfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Éd.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record