Show simple document record

dc.contributor.advisorOlivier, Marc J.
dc.contributor.authorLaroche Paquet, Roxanefr
dc.date.accessioned2015-09-01T13:55:18Z
dc.date.available2015-09-01T13:55:18Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015-09-01
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7587
dc.description.abstractLa gestion des matières résiduelles au Québec n’est pas optimale. En effet, les Québécois éliminent encore 41 % de matières résiduelles. L’objectif principal de cet essai est d’identifier des avenues pour améliorer la récupération, le tri et la commercialisation des matières recyclables d’origine résidentielle dans la province. Pour y arriver, quatre sous-objectifs sont nécessaires, c’est-à-dire dresser un portrait des centres de tri de matières résiduelles au Québec, identifier les difficultés qui mènent à la sous-performance actuelle, rechercher les meilleures pratiques mises en place sous d’autres juridictions et finalement analyser les meilleures pratiques transférables au contexte québécois. Deux problèmes majeurs méritent de l’attention. Le premier est la compétition entre les divers centres de tri afin d’atteindre la rentabilité. En effet, ces établissements doivent recueillir et traiter le plus fort tonnage possible de matières. Pour ce faire, une mécanisation plus importante est requise, ce que tous ne peuvent pas s’offrir. Le second est la faiblesse des débouchés pour les matières secondaires québécoises. Lorsque la qualité du tri est faible, les ballots de matières ne rencontrent pas les standards industriels nord-américains. Cela explique pourquoi une grande partie des matières triées prennent la route vers les marchés internationaux. Cependant, cette exportation place le Québec en position de dépendance face aux autres pays et il s’expose de ce fait à des périodes de crise. D’ailleurs, la mise en place de l’opération Green Fence par la Chine a plongé les centres de tri dans une période très difficile en 2008-2009. Quatre recommandations sont proposées afin d’optimiser la collecte, le tri et la commercialisation des matières secondaires. La première consiste à diminuer la présence de matières non recyclables par l’adoption d’un règlement énonçant que seuls les emballages ou contenants constitués de matières recyclables au Québec soient autorisés pour la commercialisation locale. La seconde propose d’adopter un règlement qui force l’installation dans les multilogements de chutes à déchets adaptées aux différents flux de matières à récupérer. La troisième propose l’interdiction de la récupération du verre creux par la collecte sélective. Cela se fait grâce à l’implantation d’un réseau de cloches de récupération du verre creux dans les municipalités. La dernière recommandation vise l’adoption d’un règlement provincial obligeant l’inclusion, dans les plans de gestion des matières résiduelles, de formes de tarification dissuasives lors de la collecte des résidus ultimes. En appliquant ces quatre idées, le Québec serait en mesure de devenir chef de file canadien en gestion des matières résiduelles.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Roxane Laroche Paquetfr
dc.rightsAttribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/*
dc.subjectMatière recyclablefr
dc.subjectCollectefr
dc.subjectCentre de trifr
dc.subjectMatière résiduellefr
dc.subjectCommercialisationfr
dc.subjectMécanisationfr
dc.subjectProblématique québécoisefr
dc.subjectSolutionsfr
dc.subjectAnalyse multicritèrefr
dc.titleOptimiser la récupération, le tri et la commercialisation des matières recyclables au Québecfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail
Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record

© Roxane Laroche Paquet
Except where otherwise noted, this document's license is described as © Roxane Laroche Paquet