Show simple document record

dc.contributor.advisorVilleneuve, Carolefr
dc.contributor.authorYapi, Sarahfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:07:11Z
dc.date.available2015-07-21T20:07:11Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7511
dc.description.abstractLa création de valeur partagée permet de donner un souffle nouveau au capitalisme. Les entreprises sont de plus en plus accusées d'être responsables des maux retrouvés dans les sociétés dans lesquelles elles exercent leurs activités. Devant la réalité des changements climatiques et de la raréfaction des ressources, ce concept reformulé par Michael Porter et Mark Kramer propose l'adoption d'une vision différente des problèmes sociétaux, qui sont alors perçus comme des opportunités d'affaires, ce qui en facilite la résolution par les entreprises. Dans la filière porcine, l'approche de l'optimisation de la chaîne de valeur occasionne une révision de leurs activités et favorise une transition vers l'application d'actions plus durables, tout en veillant à une maximisation des avoirs. Pour ce faire, la création d'un outil tel que celui présenté dans ce document facilite l'évaluation des actions à mettre en oeuvre sur deux plans. Tout d'abord, il permet d'en connaître les avantages, tant sur les plans environnementaux, sociaux et économiques. Finalement, il donne un aperçu des parties prenantes qui voient leurs intérêts et leurs attentes satisfaites par chacune des actions. De façon générale, l'outil contribue à la prise d'engagements concrets de la part des gestionnaires ou des spécialistes des chaînes d'approvisionnement, permettant ainsi de créer de la valeur partagée dans la filière porcine. Dans cette foulée, des recommandations sont émises à l'égard du développement durable de la filière. Tout d'abord, il serait intéressant de pousser les recherches en identifiant des problématiques qui pourraient être résolues par plusieurs parties prenantes à la fois. Cela contribuerait à rehausser leur niveau de collaboration et faciliterait la progression de la filière selon une perspective de développement durable. Par la suite, il conviendrait de porter une attention particulière au développement de l'antibiorésistance, phénomène présent en raison de la forte administration d'antibiotiques aux porcs, qui sont utilisés afin d'accélérer leur croissance, de prévenir les maladies et de les traiter. En effet, des données révèlent que ce phénomène est transmissible à l'être humain, ce qui pourrait s'avérer une catastrophe si survenait une maladie porcine transmissible à l'homme. Enfin, cette recommandation est aussi adressée aux hautes instances gouvernementales de la province de Québec. Dans un souci d'équilibre de la gestion des problématiques de la filière, il serait convenable d'accorder plus de pouvoir aux municipalités afin qu'elles puissent avoir une marge de manoeuvre supplémentaire auprès des parties prenantes concernées, que ce soit avant l'implantation d'une exploitation porcine dans leur zone agricole ou lors de la résolution de conflits.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sarah Yapifr
dc.subjectCréation de valeur partagéefr
dc.subjectGestion des parties prenantesfr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectPorcfr
dc.subjectFilière porcinefr
dc.subjectChaîne d’approvisionnementfr
dc.titleOutil de gestion des parties prenantes de la filière porcinefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record