Show simple document record

dc.contributor.advisorCogliastro, Alainfr
dc.contributor.authorSimard, Juliefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:49Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:49Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7459
dc.description.abstractL’agroforesterie, une pratique culturale ancestrale dont les diverses formes ont été développées autant en région tropicale que tempérée, est devenue une nécessité pour résorber les problématiques environnementales rencontrées en milieu agricole. Les associations d’arbres et de cultures se subdivisent en de nombreuses formes qui poursuivent chacune des objectifs distincts. Les systèmes de culture intercalaire, les grands oubliés des politiques gouvernementales québécoises, sont parmi les plus adaptés pour offrir des solutions aux enjeux omniprésents dans les secteurs agricoles et forestiers, tels que la diversification des revenus et des productions, l’accès aux innovations techniques et scientifiques, ainsi que l’adaptation aux pressions communautaires. Toutefois, les systèmes de culture intercalaire sont peu développés au Québec et les agriculteurs sont hésitants à modifier leurs pratiques culturales en ce sens. Dans cette perspective, l’objectif premier de cet essai vise à analyser l’ensemble des contraintes sociales, économiques et techniques constituant un frein à l’expansion de l’agroforesterie sous forme de système de culture intercalaire au Québec. Pour ce faire, une revue et une analyse des modes d’implantation des pratiques agroforestières aux niveaux mondial, canadien et québécois ont été réalisées. De plus, une étude de cas a permis la clarification des éléments techniques à considérer pour optimiser les avantages environnementaux, sociaux et économiques des producteurs. L’analyse comparative concernant l’agroforesterie entre le Québec et les autres nations a conduit à l’identification de mesures devant être concrétisées graduellement à court, moyen et long terme aux niveaux règlementaire, technique, économique, environnemental et social. Les recommandations ciblent particulièrement les manques de reconnaissances institutionnelles, de connaissances techniques, de formation professionnelle, de financement et de communication.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Julie Simardfr
dc.subjectAgroforesteriefr
dc.subjectSystème de culture intercalairefr
dc.subjectAgriculture durablefr
dc.subjectRégions tropicales et tempéréesfr
dc.subjectBiens et services environnementauxfr
dc.subjectDiversification des exploitationsfr
dc.titleL’agroforesterie, une avenue de développement durable pour l’agriculture québécoise?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record