Show simple document record

dc.contributor.advisorRoberge, Françoisfr
dc.contributor.authorRoy-Grégoire, Laurencefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:44Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:44Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7449
dc.description.abstractLa réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est un défi de taille auquel fait face l’humanité. Taxes sur le carbone, réglementations, accords internationaux, systèmes de plafonnement et d'échange de droits d'émissions, marchés volontaires et réglementés de crédits carbone sont les moyens les plus utilisés pour promouvoir la transition d’une économie à forte empreinte carbone vers un système économique « décarbonisé ». C’est dans ce contexte que le Carbon Disclosure Project (CDP), un système de déclaration volontaire des émissions de GES, fait son apparition au début des années 2000. Depuis, le nombre d’entreprises ayant déclaré leurs émissions est passé de 235 en 2003 à 3050 en 2010. L’objectif principal de cet essai est d’évaluer si la récente popularité du CDP auprès des entreprises est susceptible de mener à une réelle diminution des émissions de GES. Le contexte dans lequel apparaît le CDP, les informations qu’il collige et le rôle que peut jouer les approches volontaires dans la protection de l’environnement indiquent que le CDP a le potentiel de mener à une réduction des GES chez ses participants. Toutefois, une étude attentive de sept déclarations soumises en 2011 jette une lumière différente sur le succès apparent du CDP et sur sa capacité à fournir une information qui soit utile aux investisseurs pour inciter ces derniers à investir dans des entreprises plus performantes au niveau de la gestion du carbone. Ce travail montre également que le CDP apporte des avantages, des risques et des défis pour les investisseurs, les entreprises et l’environnement. Cet essai conclut que la participation d’une entreprise au CDP ne signifie pas nécessairement qu’elle intègre l’enjeu des changements climatiques à sa stratégie d’affaire, qu’elle ait mis en place des actions concrètes de réduction d’émission, qu’elle prévoit participer à un système d’échange de droits d’émissions ou qu’elle se soit fixée des cibles de réduction. Malgré cela, le CDP contribue très probablement à aborder la variable de la consommation d’énergie et le problème du réchauffement du climat dans les prises de décisions des entreprises, et ce, en attendant la création d’un cadre politique international clair sur le carbone et l’apparition de mesures réglementaires. En ce sens, le CDP est un pas de plus dans la lutte aux changements climatiques.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Laurence Roy-Grégoirefr
dc.subjectCarbone Disclosure Projectfr
dc.subjectDéclaration volontairefr
dc.subjectÉmissionsfr
dc.subjectEmpreinte carbonefr
dc.subjectEntreprisesfr
dc.subjectGaz à effet de serrefr
dc.subjectInventaire GESfr
dc.subjectInvestisseursfr
dc.titleCarbon Disclosure Project: les investisseurs au secours de l'environnement?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record