Show simple document record

dc.contributor.advisorGagnon, Brunofr
dc.contributor.authorRochon, Martinfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:37Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:37Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7435
dc.description.abstractL’état de l’environnement reste au cœur de l’actualité dans tous les domaines, incluant le secteur du bâtiment résidentiel. Des exigences gouvernementales sont adoptées pour réduire les impacts environnementaux liés à la construction en parallèle avec l’élaboration de certifications en lien avec le développement durable qui considèrent les sphères économique, sociale et environnementale. Les concepts et les approches concernant le bâtiment durable soulèvent des questionnements sur les méthodes d’évaluation proposées jusqu’à maintenant et l’analyse du cycle de vie est la démarche sélectionnée pour cet essai afin de jeter un regard nouveau sur la durabilité du système. L’objectif principal de cet essai est d’évaluer le choix le plus durable, pour les sphères économique et environnementale, entre la construction d’une maison respectant les exigences de la certification environnementale LEED® Or et la rénovation d’une maison type selon ces mêmes exigences. Trois objectifs complémentent cette évaluation par la comparaison de l’impact de chacune des phases du cycle de vie considérées, l’identification de « points chauds » et d’alternatives permettant des réductions significatives ainsi que de l’appréciation de la pertinence de la certification LEED®. Les critères sélectionnés pour comparer les maisons sont le coût, en dollar, les émissions de gaz à effet de serre, en dioxyde de carbone équivalent, la consommation d’énergie, en mégajoule et la consommation d’eau, en litre. Une analyse du cycle de vie comparative est effectuée selon le système économique d’entrées et de sorties. L’évaluation des impacts générés par les trois phases considérées dans cette analyse est réalisée. Ceci est suivi de l’interprétation des résultats et de l’identification des points significatifs et des alternatives disponibles. L’interprétation des résultats a permis de conclure qu’il est plus durable de rénover la maison type en respectant les exigences LEED® que de construire une maison candidate au plus haut niveau de certification LEED®. Dès la construction de cette maison, la valeur de la consommation d’énergie globale est plus élevée que pendant tout le cycle de vie de la maison à rénover. Pour les recommandations, le stade embryonnaire de la méthodologie d’analyse sociale du cycle de vie et la faible disponibilité des données a occasionné son exclusion du champ de cette étude. Or, il aurait été pertinent d’évaluer les trois sphères du développement durable afin de l’appliquer intégralement. De plus, l’outil principal d’évaluation utilisé a occasionné quelques irrégularités car l’évaluation des impacts est basée sur l’activité économique et non sur les caractéristiques environnementales. Malgré tout, les résultats et les conclusions permettent d’obtenir des orientations afin de faire des choix durables lors de la rénovation ou la construction d’une maison.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Martin Rochonfr
dc.subjectAnalyse du cycle de vie (ACV)fr
dc.subjectMaisonfr
dc.subjectLEED®fr
dc.subjectConstructionfr
dc.subjectRénovationfr
dc.subjectCO2fr
dc.subjectÉnergifr
dc.subjectDurablefr
dc.titleAnalyse du cycle de vie comparative de bâtiments résidentielsfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record