Show simple document record

dc.contributor.advisorPelletier, Jean-Pierrefr
dc.contributor.authorPouliot, Josiane K.fr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:24Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:24Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7406
dc.description.abstractComment incorporer la vision des peuples autochtones au processus d'évaluation sociale et environnementale des projets, généralement menée au Québec et au Canada? Les préoccupations à l'égard de l'intégration des savoirs traditionnels autochtones, de l'évaluation des impacts et de la gestion des mesures d'atténuation et de compensation s'avèrent aujourd'hui déterminantes. Le projet Northern Gateways en Colombie-Britannique et l'exploitation minière dans le Nord québécois sont autant d'exemples récents où l'acceptabilité sociale est remise en question. L'hypothèse sous-tendant cet essai veut que des évaluations impliquant les autochtones permettent d'assurer une saine gestion des milieux naturels et de leurs territoires. Quels sont ces savoirs autochtones et comment peuvent-ils améliorer le processus d'évaluation environnementale? Comment colliger ces données? Quels liens peut-on établir entre les savoirs et l'acceptabilité sociale lors de la réalisation de projets? Ce sont là les principaux objectifs de l'essai mené par l'auteure, elle-même d'origine métisse autochtone. L'essai s'appuie sur la notion que l'écosystème devrait être l'outil de base en évaluation environnementale. L'auteure définit ainsi l'approche par écosystème, comme une stratégie de gestion intégrée des terres, de l'eau et des ressources vivantes pour favoriser la conservation et l'utilisation durable des ressources. Elle reconnaît que les êtres humains, avec leur diversité culturelle, font partie intégrante des écosystèmes. La proposition est étayée de recommandations qui portent sur la reconnaissance des spécificités de l'environnement social, naturel et spirituel autochtone et l'établissement de partenariats envers les communautés autochtones et non-autochtones. Toute amélioration nécessite une forme de complicité pour protéger l'environnement et l'adoption de nouveaux mécanismes de communication adaptés aux autochtones. L'intérêt tant des uns que des autres passe nécessairement par l'adoption d'attitudes ethniques à l'égard de la Terre, des habitants actuels et des générations futures.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Josiane K. Pouliotfr
dc.subjectAcceptabilité socialefr
dc.subjectApproche écosystémiquefr
dc.subjectÉvaluation environnementalefr
dc.subjectGouvernancefr
dc.subjectReconnaissance des droits autochtonesfr
dc.subjectSavoirs traditionnels autochtonesfr
dc.subjectVision holistique de l’environnementfr
dc.titleIntégration des savoirs traditionnels autochtones à la démarche d’évaluation environnementale et acceptabilité socialefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record