Show simple document record

dc.contributor.advisorPerron, Michelfr
dc.contributor.authorPomerleau , Sarahfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:23Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:23Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7403
dc.description.abstractL’objectif de cet essai est de trouver des solutions afin de réduire l’impact des parcelles saturées en phosphore sur l’eau de surface au Québec. En 2000, la Commission sur la gestion de l’eau indiquait dans son rapport que le secteur agricole est celui parmi les trois secteurs (agricole, industriel et municipal) qui empêche de tirer pleinement profit des investissements consentis pour prévenir la pollution des cours d’eau au Québec. Le risque environnemental du phosphore est relié à l’eutrophisation des eaux de surface et sa dangerosité est évaluée par sa concentration ou sa saturation dans le sol. La gestion du phosphore dans les sols saturés nécessite au préalable une bonne compréhension de son comportement dans les sols. Celui-ci est influencé par plusieurs facteurs, tels que la teneur et la saturation en phosphore du sol, la texture du sol, le bilan des apports en phosphore, le drainage souterrain, le travail du sol ainsi que les conditions climatiques. Bien que l’exportation du phosphore hors du profil de sol soit influencée par l’ensemble de ces facteurs, il demeure que le moteur du transport du phosphore est l’hydrologie. L’analyse de règlements et de la situation de la baie Missisquoi a permis de trouver des pistes de solutions possibles. Cependant, compte tenu des multiples interactions entre les différents facteurs, il n’a pas été possible d’analyser séparément chacun de ces facteurs quant à leurs impacts sur l’exportation du phosphore d’un sol saturé vers un cours d’eau. Néanmoins, certaines de ces solutions semblent plus propices à diminuer les impacts des parcelles saturées sur la qualité de l’eau de surface : interdire les épandages de déjections animales liquides sur des parcelles saturées en eau; favoriser le travail réduit du sol; favoriser l’implantation de culture intercalaire; limiter les apports en phosphore sur une base annuelle à une quantité inférieure à la quantité exportée par les récoltes. La conclusion de l’essai démontre que des travaux de recherche supplémentaires, réalisés sur des parcelles saturées en phosphore, seraient nécessaires afin de parfaire nos connaissances quant aux déplacements du phosphore dans les sols et hors de ceux-ci.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sarah Pomerleaufr
dc.subjectAgriculturefr
dc.subjectEutrophisationfr
dc.subjectPhosphorefr
dc.subjectRèglementfr
dc.subjectSaturation en phosphorefr
dc.titleLa gestion du phosphore dans les terres saturéesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record