Show simple document record

dc.contributor.advisorFardeau, Pierrefr
dc.contributor.authorPoirier-Muszynski, Cléofr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:19Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:19Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7398
dc.description.abstractL'objectif général de l'essai est de protéger l'environnement des effets néfastes de la surconsommation des technologies de l'information et de la communication. Comme les appareils électroniques sont des incontournables pour les jeunes Québécois de 12 à 17 ans, les objectifs spécifiques reposent sur leur sensibilisation aux impacts environnementaux causés par la surconsommation des objets technologiques, leur engagement en tant que citoyens concernés par l'environnement et leur adoption de modes de consommation viables envers ces appareils. Les déchets des technologies de l'information et de la communication évoluent au rythme d'une croissance effrénée occasionnant des problèmes de contamination de l'eau, de l'air et des sols, ainsi que des répercussions sur la santé humaine. Les appareils électroniques sont très énergivores, leur fabrication contribue à la raréfaction des ressources naturelles et à l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone. De plus, ils contiennent des substances toxiques comportant des risques élevés pour l'environnement et la santé. L'analyse des recherches effectuées et les résultats de l'enquête par sondage démontrent que les jeunes sont motivés par l'achat d'un téléphone cellulaire, d'un ordinateur portable ou d'un support d'enregistrement pour communiquer plus souvent avec leurs amis et pour créer des liens d'appartenance aux groupes sociaux. De plus, ils en sont de grands consommateurs et pensent que c'est important d'avoir un appareil récent. Ils considèrent les objets technologiques comme des objets symboliques par lesquels ils définissent leur identité personnelle et sociale. Ils évoluent au coeur d'une culture axée sur la technologie et perdent conscience des rapports de domination et d'exploitation qu'engendre la société de consommation envers les objets et la nature. Les conclusions de l'essai démontrent que l'éducation relative à l'environnement est un véhicule d'engagement pour la construction du rapport qui unit les jeunes à l'environnement. Elle peut favoriser leur engagement envers la consommation responsable des technologies de l'information et de la communication en visant les changements de conduites et ultimement, les changements de comportements. Les principales lignes directrices à suivre sont l'institutionnalisation de l'ERE dans les écoles secondaires; la mise en oeuvre de projets signifiants réalisés en équipe et qui permettent le passage à l'action; l'analyse des liens étroits entre les impacts environnementaux associés à la surconsommation des appareils électroniques et les effets sur la santé des jeunes; l'utilisation de ces appareils comme outils interactifs pour favoriser l'exploration de l'environnement et finalement, la redécouverte du lien affectif qui unit les jeunes à la nature.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cléo Poirier-Muszynskifr
dc.subjectÉducation relative à l'environnementfr
dc.subjectTechnologies de l'information et de la communicationfr
dc.subjectDéchets électroniquesfr
dc.subjectJeunesfr
dc.subjectEngagementfr
dc.subjectConsommation responsablefr
dc.titleComment développer une éducation relative à l'environnement qui favorise l'engagement des jeunes vers une consommation responsable des technologies de l'information et de la communication en vue de protéger l'environnement?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record