Show simple document record

dc.contributor.advisorHutchinson, Marlènefr
dc.contributor.authorPelletier, Nathaliefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:10Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:10Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7377
dc.description.abstractEn 2007, le ministre fédéral des ressources naturelles d’alors, M. Gary Lunn, annonçait le retrait progressif du marché des lampes incandescentes de basse efficacité d’ici 2012. À l’aide de la Modification #10 au Règlement sur l’efficacité énergétique (DORS/94-651), il entendait diminuer les émissions de gaz à effet de serre du Canada de six millions de tonnes par an. Après avoir comparé, à toutes les étapes de leur cycle de vie, quatre types de lampes, soit incandescentes, fluocompactes, diodes électroluminescentes et halogènes, cet essai a pour objectif principal d’arriver à formuler des recommandations d’utilisation, pour un consommateur résidentiel, en ce qui a trait aux solutions de rechange aux lampes incandescentes. Cela, dans le respect de l’environnement. Pour ce faire, il a été démontré que certains types de lampes étaient supérieurs à d’autres, selon les utilisations prévues. Les impacts sur l’environnement et sur la santé humaine de chaque type d’éclairage ont été exposés. D’un point de vue environnemental, force fut de constater que les gains énergétiques et les diminutions de gaz à effet de serre n’étaient pas toujours réels ni significatifs, tant pour le Québec que pour le reste du Canada. Finalement, après avoir posé un regard critique sur le règlement mis en place en 2008, proposant le bannissement des lampes incandescentes de basse efficacité d’ici 2012, des recommandations ont été émises. Ces dernières déplorent surtout le manque d’information et de moyens d’éducation mis à la disposition des consommateurs, tant sur le plan environnemental que sanitaire et tentent d’apporter des solutions, notamment en ce qui a trait à la récupération des divers types de lampes, ou la sécurité des produits déjà sur le marché ou en développement. Bref, il semble que le gouvernement canadien soit allé trop vite en interdisant les lampes à incandescence d’ici 2012. Il n’apparaît pas avoir fait tous ses devoirs en n’évaluant pas correctement tous les impacts d’une décision majeure telle que celle-là.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Nathalie Pelletierfr
dc.subjectDiode électroluminescentefr
dc.subjectÉclairagefr
dc.subjectEfficacité énergétiquefr
dc.subjectÉnergiefr
dc.subjectFluocompactesfr
dc.subjectHalogènefr
dc.subjectIncandescencefr
dc.subjectInterdictionfr
dc.subjectLampefr
dc.subjectOptionsfr
dc.subjectRésidentielfr
dc.titleRetrait des ampoules à incandescence du marché au Canada d'ici 2012 : analyse des alternatives et recommandationsfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record