Show simple document record

dc.contributor.advisorBergeron, Jean-Mariefr
dc.contributor.authorParé, Sophiefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:06:08Z
dc.date.available2015-07-21T20:06:08Z
dc.date.created2010fr
dc.date.issued2010fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7371
dc.description.abstractLes marées rouges ne sont pas un phénomène nouveau dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Cependant, la floraison toxique d’Alexandrium tamarense qui a eu lieu au cours du mois d’août 2008 semble être le premier épisode à connaître une telle ampleur et à avoir un effet aussi dévastateur dans la chaîne alimentaire locale. D’après les experts, des conditions climatiques et océaniques rarement réunies sont à l’origine de ce cas d’exception. Toutefois, peu d’analystes se sont prononcés sur les facteurs qui ont pu influencer ces conditions. S’agit-il d’un pur hasard de la nature ou est-ce plutôt le résultat d’une multitude d’impacts cumulatifs reliés aux activités anthropiques? L'objectif général de cet essai était donc de déterminer si cette marée rouge est une conséquence des activités humaines non durables et si elle est susceptible de se reproduire. Pour assurer la compréhension approfondie de ce phénomène complexe, les conditions de croissance d’A. tamarense ainsi que l’évolution des caractéristiques naturelles et humaines du système du Saint-Laurent furent décrites et analysées. Cette étude a permis de conclure que des activités humaines favorisant des conditions climatiques extrêmes, une augmentation des intrants de nutriments et une perturbation générale de l’équilibre de l’écosystème ont sans doute favorisé la floraison de 2008 et risquent d’accentuer ce problème dans les années à venir. Afin d’éviter un tel scénario, les principes de précaution et de prévention nous commandent de maximiser les efforts pour protéger l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Les actions recommandées portent sur trois domaines interdépendants, soit la prévention à la source, la surveillance, la prévision et l’atténuation des impacts des floraisons, ainsi que la mobilisation du public. En somme, cette croissance démesurée d’algues en milieu marin peut se comparer aux fleurs d’eau d’algues bleu vert observées dans de nombreux lacs. Il s’agit d’un signal d’alarme, démontrant l’eutrophisation de l’écosystème, c’est-à-dire la détérioration globale de son équilibre et de sa qualité. Le développement des activités humaines dans le bassin versant des Grands Lacs et du Saint-Laurent doit devenir plus durable dans les plus brefs délais. La santé du système Saint-Laurent est d'autant plus importante qu'elle est nécessaire pour assurer la pérennité de plusieurs espèces menacées ainsi que le maintien des ressources utilisées par des millions de Canadiens.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sophie Paréfr
dc.subjectFloraison D’algue Toxiquefr
dc.subjectAlexandrium Tamarensefr
dc.subjectEstuaire Et Golfe Du Saint-Laurentfr
dc.subjectEutrophisationfr
dc.subjectChangements Climatiquesfr
dc.subjectGestion Intégréefr
dc.titleAnalyse de la marée rouge meurtrière de 2008 dans le st-laurent: évènement isolé ou symptôme d'un développement non durable?fr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record