Show simple document record

dc.contributor.advisorOrtiz Quijano, Maria Del Rosariofr
dc.contributor.authorMorin Ouellet, Marie-Claudefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:58Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:58Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7342
dc.description.abstractLa précarité de la sécurité et de la souveraineté alimentaire dans les pays en développement cause la mort de milliers de personnes quotidiennement. Or, la hausse démographique et les changements climatiques accentueront cette situation déjà alarmante. Une forte croissance de la production agricole devra être atteinte pour répondre à la hausse de la demande en aliments qu’entraînera la croissance démographique. Cette hausse de la production sera d’autant plus difficile à atteindre en raison des changements climatiques qui perturberont les conditions du milieu agricole. Or, le système agricole est grandement remis en doute puisqu’il ne permet pas dans l’état actuel des choses de nourrir la population mondiale. De plus, l’exploitation intensive des ressources qu’entraîne l’agriculture conventionnelle et la hausse constante du prix des combustibles fossiles ne pourront permettre de maintenir à long terme la cadence de ce type d’exploitation. L’objectif de cet essai était donc de déterminer quel mode d’agriculture permettrait de contrer l’impact des changements climatiques tout en améliorant la qualité de vie des populations rurales des pays en développement. L’agriculture faisant usage de labiotechnologie et les agricultures alternatives sont les deux options qui ont été analysées. Voici quelques unes recommandations émises; garantir les droits fonciers afin depréconiser l’autosuffisance des petits agriculteurs, considérer les aliments comme de la nourriture et subventionner la recherche publique sur les voies d’adaptation et de mitigation des impacts de l’agriculture face aux changements climatiques. Il est possible d’affirmer à la lumière des informations recueillies et suite à l’analyse faite dans le cadre de cet essai qu’un virage radical vers des modes d’agriculture alternatifs est impératif pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire des pays en développement. Il faut se rappeler que 2050 est ici et maintenant.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Marie-Claude Morin Ouelletfr
dc.subjectAgriculturefr
dc.subjectAgroécologiefr
dc.subjectBiotechnologiefr
dc.subjectChangements climatiquesfr
dc.subjectDémographiefr
dc.subjectDroit à l’alimentationfr
dc.subjectPays en développementfr
dc.subjectSécurité alimentairefr
dc.subjectSouveraineté alimentairefr
dc.subjectOrganismes génétiquement modifiésfr
dc.titleL'agriculture, le bonheur et la faim : le cas des pays en développement face aux changements climatiquesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record