Show simple document record

dc.contributor.advisorRaîche, Jean-Paulfr
dc.contributor.authorMarcoux-Viel, Pierlucfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:45Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:45Z
dc.date.created2015fr
dc.date.issued2015fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7315
dc.description.abstractLe concept d'espace de liberté est un mode de gestion des cours d'eau qui consiste, contrairement à la gestion actuelle, à laisser le lit des cours d'eau migrer librement, en fonction des processus morphologiques naturels. Cette approche comporte de multiples avantages, que ce soit notamment au niveau de la protection de la biodiversité, des coûts économiques, de la gestion des crues et de la sécurité publique. Au Québec, l'espace de liberté a été cartographié sur certains cours d'eau dans le cadre de projets de recherche, mais il n'y a, pour le moment, aucun projet mis en application. Plusieurs questions doivent trouver réponse quant à la gestion de ces futurs projets d'espace de liberté. Pour alimenter cette réflexion préalable, l'objectif de cet essai est d'identifier les meilleures pratiques à mettre en place au Québec, en s'inspirant de juridictions qui ont expérimenté le concept d'espace de liberté. Trois juridictions sont étudiées, soit le Vermont, la France et la Suisse. Afin de cerner des pratiques adaptées à la réalité québécoise, les contraintes du Québec sont identifiées : les ressources restreintes des municipalités régionales de comtés et des organismes de bassin versant représentent des défis qu'il sera nécessaire de surmonter. Il sera également important de composer avec la volonté politique des élus et l'acceptabilité sociale du concept. En tenant compte de ces contraintes, les bonnes pratiques à mettre en œuvre sont ensuite identifiées. Elles concernent les facteurs clés menant à l'adoption du principe, la mobilisation des acteurs, la concertation des parties prenantes, l'identification des projets, les modes de protection des espaces de liberté et enfin, l'utilisation des ressources financières et techniques disponibles. Cette étude démontre que, pour assurer l'adoption des espaces de liberté, un important travail d'éducation et de conscientisation des acteurs doit être réalisé. Les organismes de bassin versant sont appelés à occuper un rôle clé, par conséquent, il serait nécessaire de leur fournir des ressources adéquates. De plus, afin d'améliorer l'état des connaissances, il serait fort judicieux de réaliser des relevés écomorphologiques sur les cours d'eau en zone habitée, afin d'identifier les actions prioritaires. D'autre part, pour conserver convenablement les espaces de liberté, deux modes d'action sont à privilégier : la mise en place de servitudes de conservations et l'intégration dans les documents d'urbanisme. Enfin, une grande concertation des autorités est nécessaire, afin d'assurer la cohérence de leurs actions. Dans un contexte de changement climatique, il importe d'être proactif et de mettre en œuvre ces mesures afin d'assurer une gestion des cours d'eau axée sur la résilience de ces écosystèmes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Pierluc Marcoux-Vielfr
dc.subjectEspace de libertéfr
dc.subjectEspace de mobilitéfr
dc.subjectGestion des cruesfr
dc.subjectOrganisme de bassin versantfr
dc.subjectAménagement du territoirefr
dc.subjectChangement climatiquefr
dc.subjectRésiliencefr
dc.subjectSécurité publiquefr
dc.subjectMRCfr
dc.subjectÉrosion des bergesfr
dc.titleEspace de liberté des cours d’eau : s’inspirer des meilleures pratiques pour définir un cadre de gestion québécoisfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record