Show simple document record

dc.contributor.advisorGignac, Hélènefr
dc.contributor.authorMaltais-Guilbault, Marianefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:43Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:43Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7312
dc.description.abstractL’écologie industrielle est un outil pour échapper à l’approche linéaire proposée par notre système de consommation actuel. Cette approche multidisciplinaire qui étudie les flux de matières et d’énergie à l’échelle d’un système n’a pas de définition unique. Toutefois, il y a un consensus aujourd’hui quant à la priorité qui est accordée au bouclage des flux de matières et d’énergie lorsqu’on parle d’écologie industrielle. La mise en œuvre de l’écologie industrielle sur un territoire permet de mettre en relation les entreprises et organisations qui s’y trouvent par l’entremise de synergies de substitution ou de mutualisation. Plusieurs projets fructueux sont déjà en place ailleurs dans le monde et particulièrement en Europe. L’objectif de cet essai est d’analyser les forces et les faiblesses qui favorisent l’intégration d’une démarche d’écologie industrielle afin d’accompagner le Centre de transfert technologique en écologie industrielle dans sa démonstration de la pertinence de l’écologie industrielle comme modèle d’innovation pour les entreprises québécoises. Les résultats de recherche dans la littérature ont permis de faire ressortir les facteurs de décisions qui influencent les entreprises à participer à une démarche d’écologie industrielle ainsi que les forces et faiblesses qui ressortent de retours d’expérience de projets fructueux sur une variété de territoires. Ensuite, des discussions auprès d’intervenants des organismes de coordination de plusieurs de ces démarches ont favorisé une analyse critique ciblée sur le contexte québécois afin de pouvoir en tirer des recommandations tangibles s’adressant au Centre de transfert technologique en écologie industrielle afin d’atteindre l’objectif fixé préalablement. Les recommandations, au nombre de sept, abordent la coordination d’une démarche d’écologie industrielle, l’approche auprès des entreprises, la communication à développer, le rôle des acteurs publics, l’évaluation des résultats, l’utilisation d’outils et les liens avec le milieu académique.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Mariane Maltais-Guilbaultfr
dc.subjectÉcologie industriellefr
dc.subjectApproche systémiquefr
dc.subjectTerritoirefr
dc.subjectInnovationfr
dc.subjectDéveloppement économiquefr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectCollaboration interentreprisesfr
dc.subjectOutils méthodologiquesfr
dc.subjectFacteurs de décisionfr
dc.titleL'écologie industrielle au Québec : identification de pistes pour développer ce modèle d'innovation pour les entreprisesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherUniversité Technologique de Troyes (France)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record