Show simple document record

dc.contributor.advisorPerron, Michelfr
dc.contributor.authorLalancette, Annfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:22Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:22Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7265
dc.description.abstractAu cours du 20e siècle, une révolution dans les pratiques de protection phytosanitaire s’est manifestée pour laisser place à une agriculture dominée par les pesticides. L’utilisation de ces composés chimiques destinés pour détruire les organismes jugés nuisibles pour l’agriculture présente cependant plusieurs risques à la santé et à l’environnement. Au Québec, cette problématique est d’autant plus imposante en Montérégie puisque cette région est l’hôte d’une importante industrie agricole maraîchère, type de culture qui requiert une quantité imposante de pesticides. L’objectif principal de cet essai est alors de proposer des solutions à la problématique de contamination des eaux de surface de la Montérégie par les pesticides agricoles. Ainsi, 34 solutions ont été examinées et ont été comparées selon trois critères, soit l’efficacité de la réduction de la contamination des eaux de surface, l’applicabilité au contexte montérégien, et le coût. Cette analyse a permis de déceler les cinq interventions à prioriser pour réduire la contamination des eaux de surface par les pesticides agricoles, soit la culture sans travail du sol, le travail réduit du sol, la rotation des cultures, l’utilisation de pesticides à faible impact et l’utilisation de doses réduites de pesticides. En se basant uniquement sur l’efficacité des interventions, une élimination complète de la contamination des eaux de surface par les pesticides agricoles pourrait être atteignable par l'implantation de zones tampons végétatives, de rotation des cultures et de l’utilisation de pesticides à faible impact. Par l’entremise de plusieurs lois, règlements, programmes et organismes, les gouvernements provincial et fédéral ont tenté de réduire les risques à la santé et à l’environnement engendrés par les pesticides. Cependant, ces approches ne semblent pas être complètement efficaces puisque l’utilisation de pesticides en tant que solution phytosanitaire gagne du terrain. Pour faire un pas incisif dans la gestion responsable des pesticides, il y a plusieurs autres alternatives que pourrait favoriser le gouvernement, tel que la taxation des pesticides, l’interdiction des pesticides les plus nocifs, l’écoconditionnalité, l’utilisation de labels écologiques et d’incitatifs financiers.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Ann Lalancettefr
dc.subjectPesticidesfr
dc.subjectAgriculturefr
dc.subjectEaux de surfacefr
dc.subjectCours d’eaufr
dc.subjectMontérégiefr
dc.subjectSolutionsfr
dc.subjectContaminationfr
dc.titleMéthodes de lutte à la contamination des eaux de surface en Montérégie par les pesticides agricolesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record