Show simple document record

dc.contributor.advisorDenoual, Gérardfr
dc.contributor.authorJacquart, Sandrinefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:11Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:11Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7242
dc.description.abstractDepuis le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, le développement durable s’inscrit dans les orientations politiques nationales et internationales. Les collectivités territoriales sont appelées à mettre en place un programme Agenda 21 à leur échelle, appelé Agenda 21 local. Ce plan d’action est destiné à intégrer les principes du développement durable, en respectant des conditions telles que la participation et la transversalité. Avec plus de 7 000 Agendas 21 recensés dans le monde, il est aujourd’hui possible de dresser un bilan et notamment d’identifier ce qui fragilise ce type de démarches. En particulier, plusieurs retours d’expérience montrent que de nombreuses démarches Agenda 21 n’atteignent pas leurs objectifs, voire sont abandonnées, suite à un manque d’implication des parties prenantes. Récemment engagée dans une démarche Agenda 21, la Ville de Mâcon, commune française située en Bourgogne, va pouvoir bénéficier de ces retours d’expérience et intégrer les points de vigilance à son Agenda 21. L’objectif de cet essai est d’établir la stratégie d’animation territoriale à adopter par la Ville de Mâcon pour favoriser et pérenniser la mobilisation des parties prenantes dans sa démarche Agenda 21. Un premier chapitre permet d’illustrer à travers quatre retours d’expérience l’ensemble des faiblesses et obstacles rencontrés par les collectivités ayant déployé une démarche Agenda 21 local. Les quatre Agendas 21 étudiés, soient ceux de Hammam Sousse en Tunisie, de Villeveyrac et du Conseil Général de Gironde en France, et de Sorel-Tracy au Canada, mettent ainsi en évidence une réelle problématique dans leurs démarches : le manque de mobilisation des parties prenantes. Puis, un second chapitre met en lumière les raisons de ce manque d’implication, en montrant le lien entre la mobilisation des acteurs et le changement de comportement en faveur du développement durable. Par ailleurs, différents moyens pour impulser les changements de comportement sont identifiés, en se basant notamment sur la psychologie sociale. Un troisième chapitre dresse le portrait de la Ville de Mâcon de façon à prendre connaissance du territoire, et notamment du profil et de la dynamique des acteurs territoriaux, ainsi que de leur niveau de culture en matière de développement durable. Ainsi, des spécificités en matière d’organisation interne, de relations entre les acteurs et de communication sont mises en évidence. Enfin, l’ensemble de ces éléments est finalement intégré à la stratégie d’animation territoriale, se présentant sous la forme d’un plan d’action de communication, à la fois à destination des acteurs internes et externes.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Sandrine Jacquartfr
dc.subjectAgenda 21fr
dc.subjectMobilisation des parties prenantesfr
dc.subjectParticipationfr
dc.subjectChangement de comportementfr
dc.subjectVille de Mâconfr
dc.subjectAnimation territorialefr
dc.titleLa mobilisation des parties prenantes dans les démarches d'agenda 21 local : stratégie pour la ville de Maconfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherUniversité Technologique de Troyes (France)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record