Show simple document record

dc.contributor.advisorPerron, Michelfr
dc.contributor.authorHervieux-Gaudreau, Cassandrefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:08Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:08Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7234
dc.description.abstractL'érosion de la biodiversité est un enjeu préoccupant du 21e siècle. La variété des espèces et des écosystèmes contribue à fournir aux humains des biens et des services essentiels dont la valeur économique est souvent très élevée. De par son emprise sur le territoire et sa promiscuité avec les écosystèmes naturels, l’agriculture est une activité influençant grandement la richesse de la diversité biologique sur un territoire donné. Les pratiques agricoles, l’utilisation de pesticides par exemple, peuvent engendrer des impacts négatifs sur la biodiversité. Par contre, il existe également plusieurs actions favorisant une saine cohabitation entre la biodiversité et l’agriculture. L’objectif est de fournir un outil aux acteurs du monde agricole qui permette d’identifier les meilleures actions favorables à la diversité selon les caractéristiques de la ferme. Afin de répertorier les actions à meilleur potentiel de bénéfice pour la biodiversité, six initiatives européennes et six initiatives québécoises sont analysées. Ensuite, l’analyse comparative de ces exemples fait ressortir des convergences et des divergences entre l’Europe et le Québec au niveau des approches, des composantes de l’agroécosystème et des moyens spécifiques de promotion de la biodiversité. Ce processus permet de cibler quatre enjeux prioritaires que sont la qualité de l’eau, la diversité des habitats, la fertilité des sols et les espèces sensibles. Des indicateurs sont formulés afin de construire un outil qui permet d’identifier lequel de ces quatre enjeux est à prioriser à l’échelle d’une ferme. Ensuite, des actions bénéfiques à la biodiversité sont associées à chacun des enjeux et sont évaluées selon leur potentiel de bénéfice pour la biodiversité. L’identification de ces actions donne à réfléchir sur l’adoption à la grandeur de la province d’une politique favorable à la biodiversité. Dans un tel cas, l’implication des agriculteurs, la concertation, le financement et l’aménagement du territoire sont à surveiller.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Cassandre Hervieux-Gaudreaufr
dc.subjectAgroécosystèmefr
dc.subjectBiens et services écosystémiquesfr
dc.subjectBiodiversitéfr
dc.subjectDiversité biologiquefr
dc.subjectÉcosystème agricolefr
dc.subjectEspèces indigènesfr
dc.subjectMilieu agricolefr
dc.subjectPratiques agroenvironnementalesfr
dc.titleIntégration de la biodiversité dans l’agroécosystème : cas européens et cas québécoisfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record