Show simple document record

dc.contributor.advisorCalmé, Sophiefr
dc.contributor.advisorDelisle, Claudefr
dc.contributor.authorGuérette, Emmanuellefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:04Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:04Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7223
dc.description.abstractLes ravages de la guerre sur les populations humaines et le développement des pays qui la subissent ne sont plus à prouver. Il est maintenant bien établi que des impacts directs et indirects des conflits armés se manifestent également sur le milieu naturel et la diversité biologique. Malgré les obstacles que doivent surmonter le personnel des aires protégées et des organisations non gouvernementales de conservation (ONG), l'unicité de la biodiversité et l'importance des services écologiques rendus aux communautés humaines sont des facteurs qui justifient la poursuite des activités de conservation même en temps de guerre. L'Afrique centrale, en particulier le bassin du Congo, est reconnue pour son unique biodiversité. Toutefois, les conflits violents continuent à abonder dans cette région du monde. Dans un tel contexte, la conservation de la biodiversité est plus complexe et risquée. De plus, les mesures de conservation mises en place doivent s'adapter à une situation pouvant évoluer rapidement. Nécessairement, le processus de prise de décision doit lui aussi être adapté au contexte conflictuel. Ce travail tente de répondre au besoin d'adaptation du processus de décision. Ainsi, l'objectif principal poursuivi dans cet essai est de proposer un système de priorisation des actions pour les intervenants du domaine de la conservation de la biodiversité œuvrant dans des zones d'Afrique centrale où sévissent des conflits armés. Afin d'y parvenir, les impacts positifs et négatifs des conflits armés sur la biodiversité et sur les stratégies de conservation de la biodiversité, ainsi que le contexte régional, ont été étudiés pour assurer une compréhension générale de la thématique de travail. Ensuite, deux études de cas ont été réalisées : l'une sur la République démocratique du Congo (RDC), l'autre sur la République centrafricaine (RCA). Ces deux pays ont été sélectionnés en raison des conflits qui s'y déroulent actuellement. Les études de cas ont permis de se pencher davantage sur les stratégies déployées pour la conservation de la biodiversité de deux aires protégées : le Parc national des Virunga, en RDC, et le complexe d'aires protégées de Dzanga-Sangha (Réserve spéciale de Dzanga-Sangha et Parc national Dzanga-Ndoki), en RCA). L'analyse des informations recueillies et des lectures complémentaires sur la priorisation des actions appliquée au domaine de la conservation ont permis de développer six critères : les coûts et les contraintes, les risques, la probabilité de succès, la valeur de la composante à conserver, les bénéfices pour la biodiversité et la contribution positive à la résolution des conflits. L'outil de priorisation des actions proposé est simple d'utilisation et peut facilement être adapté aux besoins des gestionnaires. En effet, dans la grille élaborée dans le cadre de ce travail, les critères d'évaluation sont considérés comme étant égaux entre eux. Toutefois, ils pourraient facilement être pondérés en fonction des particularités de l'endroit où l'outil est utilisé et du mandat de l'organisation. La pondération des actions pourrait aussi aider à augmenter l'écart de pointage entre les actions, car il est à noter que des écarts parfois minces, voire nuls, peuvent être observés entre des actions. Enfin, tout au long de ce travail, certaines notions essentielles pour assurer la poursuite et le succès des activités de conservation de la biodiversité en temps de guerre ont été relevées. Ce faisant, des recommandations se basant sur ces observations ainsi que sur les travaux de professionnels et de scientifiques travaillant activement sur la thématique de la conservation en contexte de conflit armé ont été formulées. Ces recommandations touchent quatre axes : la compréhension du contexte conflictuel, la coopération, l'amélioration de la surveillance aux frontières et le maintien du financement pour la conservation.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Emmanuelle Guérettefr
dc.titleLes stratégies de conservation de la biodiversité et le processus de priorisation des actions dans les zones de conflit armé en Afrique centralefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.grantotherFaculté des sciencesfr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr
tme.degree.nameM.E.I.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record