Show simple document record

dc.contributor.advisorPelchat, Chantalfr
dc.contributor.authorGervais, Alexandrefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:05:00Z
dc.date.available2015-07-21T20:05:00Z
dc.date.created2012fr
dc.date.issued2012fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7215
dc.description.abstractDans la perspective de réduire l'impact des fertilisants, l'option de mettre en place un règlement visant à contrôler l'épandage de fertilisants sur les pelouses présentes sur le territoire de la Ville de Sherbrooke a été analysée. Le phosphore et l'azote font partie des principaux nutriments présents dans la plupart des fertilisants utilisés sur les pelouses. Il s'avère que ces nutriments ont des impacts significatifs sur l'environnement, surtout lorsqu'ils sont acheminés vers les cours d'eau et plans d'eau. Ceux-ci favorisent, entre autres, l'éclosion de cyanobactéries dans les plans d'eau. Il existe une multitude de fertilisants et, bien que certains ont peu d’impacts sur l'environnement en raison des concentrations en nutriments plus faibles, il reste néanmoins que leur utilisation massive doit être effectuée modérément. Cette analyse a permis de constater que plusieurs villes du Québec ainsi que plusieurs autres villes dans le monde, ont mis en place ce type de règlement. Une règlementation sur les fertilisants offre un outil de contrôle adéquat pour contrôler l'épandage, notamment au niveau des entrepreneurs, mais aussi pour convaincre l'ensemble des citoyens. Des études scientifiques mentionnent que, dans quelques villes, la réglementation a eu pour effet de diminuer l’apport de phosphore dans les cours d'eau et plans d’eau. Il semble que la solution ne réside cependant pas dans le bannissement total des fertilisants, car un terrain non fertilisé peut présenter un potentiel de ruissellement plus élevé puisque la pelouse est généralement moins dense. Le constat semble clair : une fertilisation effectuée adéquatement peut être bénéfique pour une pelouse. Le problème réside dans la surfertilisation. Afin de réduire l'utilisation de fertilisants, l'emploi de solutions alternatives, telles que l'herbicyclage, se veut un excellent complément en nutriment pour la pelouse. Un règlement sur l’utilisation des fertilisants s'avère être un outil efficace. Cependant, la sensibilisation envers la population jumelée à la règlementation est fort probablement le meilleur moyen de les conscientiser et de favoriser l'adoption de meilleures pratiques au niveau de l'entretien de la pelouse. Cette approche est celle qui a eu le plus de succès dans l'ensemble des villes ayant des réglementations sur les fertilisants. Cette approche de sensibilisation a d’ailleurs été utilisée avec succès lors de l’adoption d’un règlement sur l’utilisation extérieure des pesticides à la Ville de Sherbrooke. Sur son territoire, cette dernière permet l'utilisation de pesticides à impact modéré durant quelques mois de l'année. Une revue de la réglementation sur les pesticides dans différentes villes du Québec, en vue d’évaluer la position de la Ville de Sherbrooke, a permis de constater qu'une pluralité de celles-ci ne permettait que l'utilisation de pesticides à faible impact. Les pesticides à faible impact sont, dans la plupart des cas, beaucoup moins dommageables pour l'environnement. Suite aux différentes informations recueillies lors de l'analyse documentaire, des recommandations sont proposées à la Ville de Sherbrooke afin de réduire l'impact environnemental des fertilisants ainsi que pour optimiser le règlement sur les pesticides de la ville : Mener une campagne de sensibilisation sur les fertilisants, par le biais, entre autres, de la patrouille verte ; mettre en place un règlement visant à contrôler l'utilisation de fertilisants sur le territoire de la Ville de Sherbrooke ; bannir tous les pesticides, autres que ceux à faible impact, sur le territoire de la Ville de Sherbrooke. Ces recommandations permettront d'améliorer, entre autres, la qualité de l'eau des cours d'eau et plans d'eau sur le territoire de la municipalité et, par conséquent, sur une partie du bassin versant. De plus, dans une perspective d'amélioration continue, cette démarche permettra de consolider la place de la Ville de Sherbrooke comme l'une des villes les plus soucieuses de l'environnement au Québec.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Alexandre Gervaisfr
dc.subjectFertilisantfr
dc.subjectEngraisfr
dc.subjectAmendementfr
dc.subjectPesticidefr
dc.subjectRèglementfr
dc.subjectVille de Sherbrookefr
dc.titleLa réglementation municipale quant à l'utilisation de fertilisants : perspectives pour la ville de Sherbrookefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record