Show simple document record

dc.contributor.advisorWebster, Alainfr
dc.contributor.authorGaudette , Nadinefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:04:56Z
dc.date.available2015-07-21T20:04:56Z
dc.date.created2014fr
dc.date.issued2014fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7205
dc.description.abstractL’objectif global de l’essai est de poser un diagnostic sur le niveau d’intégration de l’économie verte dans l’action gouvernementale québécoise. Les objectifs spécifiques sont de survoler le concept d’économie verte tel que défini dans le cadre des travaux pré et post Rio+20; d’identifier les principaux outils d’économie verte recommandés par les organisations internationales; de déterminer des critères de sélection permettant de réaliser le portrait des mesures d’économie verte au Québec; et d’identifier des pistes d’action exploratoires pouvant permettre d’améliorer l’intégration de l’économie verte dans l’action gouvernementale québécoise. Dans un premier temps, l’essai a identifié les idées maîtresses associées au concept d’économie verte. Celles-ci ont permis de tirer la conclusion selon laquelle l’économie verte doit contribuer à éradiquer la pauvreté; mener à une croissance économique soutenue; améliorer l’inclusion sociale et le bien-être humain; créer des opportunités d’emplois décents; ainsi que maintenir un sain fonctionnement des écosystèmes. Dix-neuf «mesures d’économie verte types» et dix «secteurs économiques concernés par l’économie verte» ont été déterminés comme critères permettant de réaliser le portrait des mesures d’économie verte au Québec. Une évaluation du niveau d’intégration de l’économie verte dans l’action gouvernementale québécoise a ensuite été présentée. Cet exercice a permis de constater que le Québec est bel et bien engagé dans une transition vers l’économie verte. En effet, cette province applique 14 mesures d’économie verte types sur un total de 19. Ces 14 mesures sont soient très bien développées et appliquées (éléments «forts» : 6 mesures) ou encore appliquées, mais avec une possibilité d’être raffinées ou adaptées afin de permettre une meilleure intégration de l’économie verte à l’action gouvernementale (éléments «à renforcer» : 8 mesures). Enfin, 5 mesures d’économie verte types ne sont pas appliquées (éléments «inexistants»). Concernant les éléments «à renforcer» et «inexistants», des pistes d’action exploratoires pouvant permettre une meilleure intégration de l’économie verte dans l’action gouvernementale québécoise ont été présentées.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Nadine Gaudettefr
dc.subjectÉconomie vertefr
dc.subjectCroissance vertefr
dc.subjectÉconomiefr
dc.subjectDéveloppementfr
dc.subjectInstrumentsfr
dc.subjectOutilsfr
dc.subjectPlanificationfr
dc.subjectÉnergiefr
dc.subjectTechnologiefr
dc.titleL'économie verte au Québec : pistes d'action exploratoires pour améliorer son intégration dans l'action gouvernementalefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record