Show simple document record

dc.contributor.advisorOrtiz Quijano, Maria del Rosariofr
dc.contributor.authorDufour, Véronicfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:04:41Z
dc.date.available2015-07-21T20:04:41Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7175
dc.description.abstractDepuis le séisme de janvier 2010, Haïti se trouve à un point critique et le pays est dans la mire de plusieurs acteurs sur la scène internationale. Depuis ledit événement, l’État à l’histoire fragile, nécessite un appui international d’autant plus marqué. L’intégration de l’environnement dans les projets de développement est toutefois un aspect vital pour le bien-être des populations locales. Une multitude d’études et de rapports ont été produits sur la question haïtienne où les priorités d’actions et d’investissements y sont soulevées, en mettant un accent particulier sur le rôle de l’aide internationale et la nécessité de renforcement des structures, mécanismes et capacités de l’État. La feuille de route tracée par les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) afin de contrer la pauvreté discerne dans le cas d’Haïti un exemple parfait où tout reste à accomplir concernant les besoins de base du pays. Les interactions entre le faible produit intérieur brut, les politiques macroéconomiques, l’inefficacité du système politique, les risques dus au changement climatique et à la mauvaise gestion des ressources naturelles; entre autres, sont derrière cette impossibilité d’y faire avancer les OMD. L’objectif de l’essai consiste à identifier les bonnes pratiques et les interventions prioritaires de la coopération internationale en Haïti, qui contribueront à améliorer les conditions de vie des habitants par une gestion durable des ressources naturelles. Afin d’atteindre cet objectif, une série d’objectifs spécifiques sont explorés en lien avec les besoins des communautés locales, comme les actions et les rôles des acteurs internationaux et des institutions locales dans le redressement et le développement du pays. Le point culminant de l’essai est l’analyse de trois projets de coopération internationale en Haïti selon les aspects du développement durable, soit un projet sur la souveraineté alimentaire de l’Alliance agricole internationale, un projet en agriculture durable du Comité de Solidarité de Trois-Rivières et un projet en commerce équitable de l’organisation québécoise Plan Nagua. Les constats de l’analyse et des documents mis en revue ont déterminé d’une part les contraintes et les opportunités pouvant contribuer à combler les besoins d’Haïti, tout en diminuant la pauvreté et en améliorant les conditions de vie des populations locales. Les résultats de l’analyse démontrent que l’environnement et la gestion durable de ses ressources naturelles sont souvent pris en compte dans les rapports et dans les objectifs des projets et des programmes, mais difficilement mis en pratique dans la réalité. Une gestion durable des ressources naturelles par une approche concertée entre les acteurs de développement et les populations locales, s’avère pourtant fondamentale. En d’autres mots, les bailleurs de fonds possèdent des exigences relatives à l’environnement, mais l’intégration réelle de cet aspect par les exécutants de projets se limite trop souvent à l’analyse des impacts environnementaux. Il en découle un manque de concertation entre leurs acteurs, que ce soit au niveau des regroupements ou des institutions publiques haïtiennes, que des intervenants étrangers comme les bailleurs de fonds et les organismes à but non lucratif. Les pistes de réflexion et les constats ont permis d’émettre des recommandations spécifiques aux divers intervenants de la coopération internationale. L’approche intégrée, qui prend en compte des composantes environnementales et des problématiques propres à Haïti, en concertation avec les acteurs locaux et en plaçant les communautés bénéficiaires au centre des projets, permettra un développement allant dans le sens du développement durable. Les bonnes pratiques de coopération internationale doivent être identifiées, systématisées et reproduites à grande échelle afin de permettre aux populations haïtiennes de se sortir du cercle vicieux de la dépendance et de la pauvreté extrême. Malgré le défi que cela représente, l’espoir subsiste encore, mais l’urgence d’intervention et l’intégration de l’environnement dans les projets de développement sont les facteurs qui guideront le sort d’Haïti et de ses populations dignes de bonnes conditions. Il reste certes encore beaucoup à faire, mais les choses semblent avancer vers la bonne direction.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Véronic Dufourfr
dc.subjectHaïtifr
dc.subjectCoopération internationalefr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectGestion de l’environnementfr
dc.subjectObjectif du millénaire pour le développementfr
dc.subjectAide internationalefr
dc.subjectPauvretéfr
dc.subjectSéismefr
dc.titleHaïti: un grand défi pour la coopération internationale et le développement durablefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record