Show simple document record

dc.contributor.advisorBoivin, Stevefr
dc.contributor.authorDavid, Simonfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:04:27Z
dc.date.available2015-07-21T20:04:27Z
dc.date.created2008fr
dc.date.issued2008fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7140
dc.description.abstractAu Québec, on enfouissait en 2006, plus de 92% des matières putrescibles générés par l’ensemble de tous les secteurs d’activités. Parallèlement, le nombre de porcs a triplé au Québec depuis 50 ans, ainsi, plus de 400 municipalités québécoises sur 1200, sont en surplus théorique de lisier. Le lisier et les matières putrescibles, notamment en provenance du secteur résidentiel, peuvent être valorisés à l’aide de bioréacteurs à la ferme. La codigestion anaréobique des matières organiques se fait déjà à l’étranger, notamment en Europe. Le potentiel énergétique de la biomasse disponible, a été calculé selon la population recensée au Québec et selon le tarif des matières enfouies. Cette technologie durable se rentabiliserait environ en un an, si l’on fixe un tarif pour méthaniser les matières putrescibles résidentielles, au même tarif que celui pour l’enfouissement.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Simon Davidfr
dc.subjectBiomassefr
dc.subjectMatière organiquefr
dc.subjectCodigestionfr
dc.subjectAnaérobiefr
dc.subjectMéthanisationfr
dc.subjectBioréacteurfr
dc.subjectÉnergie vertefr
dc.titleL'identification des différentes matières au Québec en tant que potentiel énergétiquefr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record