Show simple document record

dc.contributor.advisorLaperrière, Jeanfr
dc.contributor.authorDa Silva, Laurentfr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:04:24Z
dc.date.available2015-07-21T20:04:24Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7133
dc.description.abstractMalgré l’évolution des mentalités et l’adoption de nouvelles pratiques en matière de gestion environnementale, un fort préjugé demeure à l’intérieur de la communauté des affaires et des milieux industriels : la protection de l’environnement a un coût et nuit à la compétitivité. Le développement de la comptabilité de gestion environnementale est un mouvement novateur et structuré qui a favorisé la transformation de ces perceptions. Son utilisation dans plusieurs organisations a permis de libérer la symbiose naturelle entre la performance économique et la performance environnementale en les combinant dans une logique de prévention de la pollution et d’écoefficacité. L’objectif principal de cet essai est de proposer et de tester une série d’indicateurs construits à partir des données de coûts recensées par la comptabilité de gestion environnementale. En développant un langage commun entre les gestionnaires en environnement, les comptables et la direction, ces indicateurs encouragent l’optimisation de l’utilisation des ressources et la réduction de la pollution à la source. En fait, les indicateurs sont des dépisteurs d’opportunités qui ciblent les aspects environnementaux générant les coûts les plus importants. Le calcul des indicateurs pour la mine Canadian Malartic a permis de constater que plus de 90 % des coûts environnementaux proviennent de la perte de ressources dans les rejets, les déchets et les émissions. Cet exercice a également permis d’identifier une série d’opportunités de prévention de la pollution dont la recirculation des réactifs dans le procédé et la mise en place de programmes d’efficacité énergétique des bâtiments et des équipements mobiles miniers. Les résultats de l’étude de cas démontrent qu’en travaillant à l’aide de ces indicateurs, les organisations ont un outil de plus dans leur quête d’un développement industriel durable. Cependant, pour maximiser ces bénéfices, elles devront notamment s’approprier les principes de comptabilité de gestion environnementale, développer une expertise interne de même qu’effectuer un suivi régulier des indicateurs à l’interne comme à l’externe.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Laurent Da Silvafr
dc.subjectPrévention de la pollutionfr
dc.subjectPerformance économiquefr
dc.subjectÉcoefficacitéfr
dc.subjectComptabilité de gestion environnementalefr
dc.subjectIndicateur de performance environnementalefr
dc.titleLes indicateurs de performance environnementale au service de l'écoefficacité : le cas de la mine Canadien Malarticfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record