Show simple document record

dc.contributor.advisorBergeron, Jean-Mariefr
dc.contributor.authorCôté, Guillaumefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:04:20Z
dc.date.available2015-07-21T20:04:20Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7124
dc.description.abstractLa gestion des espèces nuisibles et envahissantes est une activité relativement nouvelle. Elle a pour but d'agir sur les populations des espèces représentant une nuisance aux activités humaines et une menace pour la biodiversité. Le contrôle est une technique utilisé qui consiste à réduire fortement les populations de ces espèces dans des milieux donnés. Cette gestion se fait principalement par des techniques chimiques, biologiques et mécaniques. Malheureusement, aucune de ces techniques appliquées au Québec n’est en accord avec la philosophie derrière le principe de développement durable. L'objectif de cet essai est de développer une technique de gestion des espèces nuisibles et envahissantes en accord avec les principes de développement durable. Le concept qui en découle considère les espèces nuisibles et envahissantes comme des ressources à haut potentiel économique. Il mise sur un processus de contrôle basé sur la capture de l'espèce, sa transformation et la vente de produits dérivés. Ces étapes peuvent être profitables ou simplement rentables pour maintenir la pression de contrôle de l'espèce à long terme. Ce concept a été développé en prenant exemple sur le cas du Meunier noir. L'analyse des possibilités a permis de déterminer qu'une pêche avec des engins passifs lors des périodes de frai permettrait un niveau de capture acceptable. L'utilisation d'une structure temporaire de transformation de la ressource et une vente locale de celle-ci permet une bonne rentabilité tout en gardant le processus de gestion simple. La transformation en produits à haute valeur ajoutée permet de couvrir les coûts de gestion. L'exemple de l'application de ce type de gestion sur la ressource du Meunier noir montre que l'élaboration d'un tel projet est plausible. Ce type d'application serait facilement transférable aux cas des carpes asiatiques aux États-Unis et des Tanches dans la rivière Richelieu. Le concept pourrait également être applicable à un grand nombre d'espèces animales et végétales ce qui permettrait de réduire les coûts de gestion pour l'ensemble de la communauté internationale. Il en découlerait aussi une création de richesse en multipliant les ressources naturelles exploitables et en diversifiant les différents produits dérivés.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Guillaume Côtéfr
dc.subjectEspèce nuisiblefr
dc.subjectEspèce envahissantefr
dc.subjectEspèce exotiquefr
dc.subjectContrôle de la populationfr
dc.subjectRessource renouvelablefr
dc.subjectMeunier noirfr
dc.subjectDéveloppement durablefr
dc.subjectBiodiversitéfr
dc.titleDéveloppement et application d'une méthode de gestion durable des espèces nuisibles et envahissantesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record