Show simple document record

dc.contributor.advisorHe, Jiefr
dc.contributor.authorBoyer, Jean-Philippefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:03:59Z
dc.date.available2015-07-21T20:03:59Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7076
dc.description.abstractLes écosystèmes naturels sont dégradés par de nombreuses activités humaines. Cela entraine une érosion du bien-être des populations humaines en raison de la perte des biens et services environnementaux que ces écosystèmes ont fournis dans le passé. L’évaluation économique de ces biens et services qui ne sont généralement pas considérés dans la prise de décision pourrait permettre de sensibiliser la population et les décideurs de l’importance de ceux-ci afin qu’ils soient mieux pris en compte. Alors que des décisions délicates devront être prises dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques, l’objectif de cet essai est de réaliser une évaluation économique des biens et services environnementaux de milieux humides du Québec en utilisant la méthode du transfert de bénéfices. Cette méthode permet d’utiliser des résultats trouvés ailleurs pour les transférer au site d’intérêt. Elle a été choisie pour sa rapidité et ses faibles coûts, et a été utilisée selon quatre variantes dans une étude de cas des milieux humides des bassins versants des rivières Yamaska et Bécancour. Avec les différentes variantes de la méthode, il semble y avoir une convergence vers une valeur plausible de certains biens et services environnementaux pour chaque hectare de milieux humides non détruits. Les valeurs obtenues sont à interpréter avec prudence, car l’évaluation économique et la méthode de transfert de bénéfices comportent de nombreux biais et limites dont il faut tenir compte. Plusieurs recommandations émergent de l’exercice du transfert de bénéfices et de l’estimation d’une valeur économique des biens et services environnementaux en général, les plus importantes étant rapportées ici. L’évaluation et l’interprétation des estimations dépendent grandement du contexte. Il importe de connaitre, de comprendre et de reconnaitre les limites de l’évaluation économique, entre autres, quant à la population concernée, à la complexité des écosystèmes et aux méthodes elles-mêmes. Il est primordial que les économistes travaillent en collaboration avec les experts des sphères écologiques et sociales afin de bien guider les décideurs. En conclusion, la génération actuelle devrait s’assurer de concilier environnement, société et économie afin de laisser aux générations futures des écosystèmes sains et des ressources suffisantes pour assurer leur survie.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Jean-Philippe Boyerfr
dc.subjectBassin versantfr
dc.subjectBécancourfr
dc.subjectÉcosystèmesfr
dc.subjectMéta-analysefr
dc.subjectMilieux humidesfr
dc.subjectMilieux naturelsfr
dc.subjectServices écologiquesfr
dc.subjectTransfert d’avantagesfr
dc.subjectValeur économiquefr
dc.subjectVolonté à payerfr
dc.subjectYamaskafr
dc.titleÉvaluation économique de biens et services environnementaux par la méthode du transfert de bénéficesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record