Show simple document record

dc.contributor.advisorLecomte, Françoisfr
dc.contributor.authorBouchard, Karinefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:03:51Z
dc.date.available2015-07-21T20:03:51Z
dc.date.created2011fr
dc.date.issued2011fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7063
dc.description.abstractL’usage des pesticides et des engrais est largement répandu dans notre société. Lorsque l’on applique des pesticides et des engrais, l’environnement peut être contaminé par ces substances. Les pesticides peuvent également avoir des effets nocifs sur les organismes non visés, y compris l’humain. Pour ces raisons, l’utilisation des engrais et des pesticides à des fins dites « esthétique », c’est-à-dire pour l’entretien des espaces verts en milieu urbain, est de plus en plus controversée. Le présent essai présente donc une analyse du Code de gestion des pesticides du Québec ainsi qu’une étude de cas de la réglementation de la ville de Magog régissant l’utilisation des engrais et des pesticides sur son territoire. L’objectif principal de cet essai étant de formuler des recommandations en matière de réglementation des pesticides et des engrais au Québec. L’adoption de réglementations concernant l’usage des pesticides et des engrais à l’échelle provinciale et municipale ne doit pas être prise à la légère puisqu’elle peut engendrer des conséquences autant positives que négatives. L’analyse effectuée concernant les pesticides a permis de constater les points suivants: L’adoption du Code de gestion des pesticides a eu un effet direct sur les ventes de pesticides au Québec, ce qui a fait chuter le potentiel de risque global lié à l’utilisation des pesticides à des fins « esthétiques »; Les mesures réglementaires actuelles pourraient engendrer, à plus ou moins long terme, des problèmes de résistance des ravageurs des pelouses. En ce qui concerne les engrais, il a été constaté que la réglementation actuelle de la ville de Magog risque d’entraîner des carences en azote sur les pelouses ainsi que des apports de phosphore non nécessaires. Ceci pouvant engendrer différents impacts non souhaitables à plus ou moins long terme. La recherche documentaire, combinée aux constats émis, a permis la formulation de trois recommandations qui pourraient permettre d’améliorer la réglementation existante. Les recommandations sont les suivantes : Mettre en place et reconnaître une certification environnementale dans le secteur de l’entretien des espaces verts; Réglementer seulement les apports de phosphore en milieu urbain; Accentuer la sensibilisation de la population en lien avec l’utilisation des pesticides et des engrais. En améliorant la réglementation existante et en y ajoutant certains outils comme la certification et la sensibilisation, il pourrait être possible d’utiliser adéquatement et de façon responsable les pesticides et les engrais en milieu urbain tout en contrôlant les risques liés à la santé humaine et à l’environnement.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Karine Bouchardfr
dc.subjectPesticides, engraisfr
dc.subjectRéglementationfr
dc.subjectRisques pour la santéfr
dc.subjectRisques pour l’environnementfr
dc.subjectCertificationfr
dc.subjectLutte intégréefr
dc.subjectLessivagefr
dc.subjectRuissellementfr
dc.subjectÉrosionfr
dc.titleGestion des pesticides et des engrais en milieu urbain au Québec; étude de cas et perspectivesfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record