Show simple document record

dc.contributor.advisorGuertin, Marc-Andréfr
dc.contributor.authorBergeron-Verville, Christinefr
dc.date.accessioned2015-07-21T20:03:39Z
dc.date.available2015-07-21T20:03:39Z
dc.date.created2013fr
dc.date.issued2013fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/11143/7037
dc.description.abstractLes pressions anthropiques ayant augmenté considérablement depuis les années 50 sur les écosystèmes, plusieurs biens et services écologiques fournis par ces derniers se dégradent. Cela a pour effet d'affecter le bien-être d'une bonne partie de la population humaine qui dépend de ces biens et services pour survivre. De plus, au rythme auquel les pressions sont exercées, c'est également le bien-être des populations futures qui sera affecté en plus de compromettre la santé des écosystèmes à long terme. Afin d'assurer un développement durable, cet essai a pour objectif d'établir des recommandations pour permettre aux décideurs de tenir compte de la capacité de charge des écosystèmes dans le cadre de l'aménagement et du développement du territoire au Québec afin de favoriser le maintien des biens et services écologiques. La capacité de charge des écosystèmes peut être définie comme étant le seuil au-delà duquel un bien ou un service écologique commence à être dégradé et ne plus contribuer au bien-être des populations. Au-delà de ce seuil, la détérioration causée aux écosystèmes empêchera certains groupes de populations et des générations futures à répondre à leurs besoins. Cet essai permet de conclure que plusieurs lacunes existent actuellement au niveau de l'intégration du concept du respect de la capacité de charge des écosystèmes dans la législation québécoise et dans les orientations d'aménagement. Ces lacunes empêchent de fournir un cadre qui permettrait d'assurer un aménagement et un développement durable du territoire. Pour y remédier, il est notamment recommandé d'améliorer les connaissances quant aux interrelations entre les processus des écosystèmes fournissant les biens et services écologiques ainsi que les impacts des activités humaines sur le maintien de ces derniers, d'établir une définition claire du concept de respect de la capacité de charge des écosystèmes, d'être prudent dans la prescription de seuils écologiques minimaux à respecter dans l'aménagement du territoire étant donné la complexité et la variabilité des écosystèmes, de favoriser l'utilisation des principes de la gestion adaptative notamment la notion de suivi des actions afin d'évaluer l'efficacité de celles-ci et d'ajuster les interventions en fonction des objectifs à atteindre et de s'assurer de faire preuve de davantage de flexibilité dans l'énoncé de principe à respecter afin de pouvoir réagir aux nouvelles situations et aux variations régionales.fr
dc.language.isofrefr
dc.publisherUniversité de Sherbrookefr
dc.rights© Christine Bergeron-Vervillefr
dc.subjectCapacité de charge des écosystèmesfr
dc.subjectBiens et services écologiquesfr
dc.subjectSeuils écologiquesfr
dc.subjectLoi sur le développement durablefr
dc.subjectGestion adaptativefr
dc.subjectAménagement du territoirefr
dc.subjectOrientations d'aménagementfr
dc.titleLa capacité de charge des écosystèmes dans le contexte de l’aménagement du territoire et du développement durable au Québecfr
dc.typeEssaifr
tme.degree.disciplineEnvironnement et développement durablefr
tme.degree.grantorCentre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE)fr
tme.degree.levelMaîtrisefr
tme.degree.nameM. Env.fr


Files in this document

Thumbnail

This document appears in the following Collection(s)

Show simple document record